Préparation au 4L Trophy,  Rallyes-raids

Préparation de sa 4L pour le 4L Trophy

On voit toutes sortes de préparation pendant le 4L Trophy, allant des 4L dans leur jus et strictement d’origine aux engins préparés des plus sophistiqués… Ayant participé à l’édition 2015, vous trouverez ici le retour d’expérience de sortie de grange vous indiquant les équipements qui indispensables pour bien préparer son 4L Trophy, ceux qui peuvent se révéler utiles et enfin ceux qui n’ont d’intérêt que le style ou le fun. L’objectif étant de partir avec une 4L bien préparée pour un coût raisonnable.

QU’EST-CE QU’UNE 4L BIEN PRÉPARÉE POUR LE 4L TROPHY ?

Voici les objectifs d’une bonne préparation au 4L Trophy :

  • s‘amuser et prendre du plaisir avec votre 4L  sans appréhension et être serein tout au long du raid sans peur de trop l’abîmer sur les pistes.
  • revenir du raid avec une 4L en bon état, c’est à dire facilement revendable et/ou utilisable comme voiture quotidienne.
  • Ne pas (trop) s’occuper de sa 4L pendant le raid : en un mot, c’est partir avec une 4L fiable qui ne vienne pas gâcher votre raid (pannes, casses et autres mésaventures).
  • Partir avec une 4L qui passe presque partout, quelque soit le terrain : sable, pistes caillouteuses, petits cours d’eau, mais aussi routes goudronnées et autoroutes !
  • Rouler avec une 4L qui ne consomme pas trop : n’oubliez pas que vous allez parcourir 6000 km, en majorité sur les autoroutes, alors ne négligez pas la consommation lors de votre préparation au 4L Trophy !
  • Préparer une 4L qui soit pratique à vivre pendant les 2 semaines de raid : la 4L sera certes votre moyen de déplacement pendant le raid, mais n’oubliez pas qu’elle sera aussi votre jouet, votre dressing, votre garde-manger, votre salle de bain, voire parfois votre lit… 😉

Avant toute préparation, il convient de partir sur une bonne base : acquérir une 4L en bon état et choisir la bonne version. On vous concoctera un article très prochainement pour vous aider dans l’achat de votre 4L. Mais passons maintenant aux choses sérieuses !

COMMENT BIEN PRÉPARER SA 4L POUR LE 4L TROPHY ?

Les équipements obligatoires

Ce sont des éléments de sécurité à ne surtout pas négliger si vous voulez passer les vérifications techniques avec succès.

1°/ Les crochets de remorquage

Ceux-ci sont obligatoires, car ils vont permettre d’y accrocher une sangle pour remorquer votre 4L et vous sortir du sable lorsque vous serez embourbés par exemple. Le règlement du 4L Trophy précise bien que ces crochets doivent être boulonnés (au châssis) et non soudés. La meilleure solution est de se procurer des crochets de remorquage en acier, à boulonner dans les trous déjà existant du châssis (au même endroit que les fixations des pare-chocs).

Ci-dessus les crochets de remorquage avant et arrière, boulonnés sur le châssis dans les trous existant avec les ferrures de pare-choc. Les deux crochets sont strictement identiques (en acier de 5 mm d’épaisseur).

Ces crochets sont trouvables chez n’importe quel revendeur de pièces détachées pour 4L. Si votre 4L est équipée d’un attelage avec un crochet ou des trous intégrés, celui-ci peut très bien faire office de crochet de remorquage arrière.

Notre retour d’expérience : l’orga du 4L Trophy est particulièrement regardante sur cet élément de sécurité lors des vérifications. Nous avons vu plusieurs équipages se faire recaler car leurs crochets étaient soudés et non boulonnés ou bien parce qu’ils n’étaient pas assez solides. Ne jouez donc pas avec le feu et misez sur du costaud.

2°/ L’extincteur

Le règlement exige la présence d’un extincteur poudre de 2 kg (ou 2 extincteurs d’1 kg) dans la 4L. Il doit être à portée de main du pilote ou du copilote.

Pour notre part, nous avons opté pour un extincteur 2 kg que nous avons fixé sur le châssis en dessous du siège passager. Cela reste très discret, on ne le remarque pas à moins de se pencher. Le montage est très simple (tuto à venir). Selon les sièges que vous avez et comment ils sont installés, il est possible que l’extincteur 2 kg soit trop gros et que vous ne puissiez ainsi pas faire coulisser le siège passager. Dans ce cas, le mieux est de fixer 2 petits extincteurs d’1 kg sous chaque siège.

Notre retour d’expérience : par manque de temps (ou par flemmardise, ça nous est tous arrivé), il est tentant de laisser l’extincteur simplement posé dans la 4L… C’était notre cas et c’est une erreur ! L’extincteur va se balader sur tout le plancher et taper contre le châssis à chaque virage, ce qui est particulièrement désagréable, voire dangereux. Résultat : on finit par mettre l’extincteur dans le coffre et il devient donc peu accessible, ce qui n’est pas le but. Fixez-les donc bien, et à l’avant ! 🙂

3°/ Les roues de secours

Le règlement du 4L Trophy impose que chaque 4L soit équipée de 2 roues de secours au minimum. C’est bien beau, mais cela prend de la place !

Pour la 1ère des roues de secours, pas de difficulté, un emplacement est prévu à l’arrière de la voiture, sous le châssis pour y loger une roue. Pour la seconde, l’idéal est bien évidemment de la mettre sur votre galerie de toit, mais tous les équipages n’en ont pas forcément. Dans ce cas, il faut la mettre à plat dans le coffre de 4L, en prenant garde à bien la fixer à l’aide d’une sangle et de crochets pour qu’elle ne bouge pas. Vous pouvez d’ailleurs trouver des attaches et sangles spécifiques pour roue de secours chez les revendeurs de pièces automobiles de compétition.

Notre retour d’expérience : certains participants s’équipent de 4 roues de secours, ce qui permet d’avoir un jeu complet de pneus pour la route, et un jeu de pneus renforcés pour les pistes. Si cela peut paraître un bon choix, c’est avant tout une surcharge importante et une perte de place. En effet, les pistes étant praticables avec des pneus “normaux”, il n’est pas nécessaire selon nous de se surcharger de la sorte. Lors de notre édition en 2015, nous ne nous sommes pas ensablés et n’avons pas crevé une seule fois avec des pneus classiques.

Protection du châssis et du moteur : équipements et astuces

4°/ Les plaques de protection du moteur et du réservoir d’essence

Voir notre article complet dédié : Montage de plaques de protection pour le 4L Trophy.

Pourquoi des plaques de protection ?

Les plaques de protection sont des équipements indispensables (pour ne pas dire obligatoires) pour la préparation au 4L Trophy. Au Maroc, plus que dans le sable, vous serez amenés à rouler des heures sur des pistes très caillouteuses, voire rocailleuses. Le bas moteur est très exposé avec notamment le carter d’huile dont la tôle est fine et de se percer… je vous laisse imaginer les conséquences. Même chose pour le réservoir d’essence : se trouvant en position basse, il est très exposé et fragile et peut se percer facilement.

Comment protéger l’ensemble moteur / boîte et le châssis ?

Vous l’aurez donc compris, il va falloir protéger tout ça. Comment ? On utilise pour protéger soit une plaque d’aluminium d’au moins 5 mm soit une plaque d’acier (ou d’inox) d’environ 2 ou 3 mm. Pour la plaque de protection du moteur, l’idéal est qu’elle soit en deux parties (cela facilite grandement le montage et le démontage) et qu’elle protège également la barre anti-roulis qui est très exposé et qui peut se tordre facilement.

Elle doit également être de préférence équipée de deux trous permettant de faire les vidanges d’huile de boîte de vitesse et de moteur sans démonter la plaque. La fixation à l’avant se fait sur les vis tenant le support de boîte de vitesse sur le châssis, et à l’arrière sur les deux trous déjà existant sur le châssis. La plaque de protection du réservoir est plus simple, il faut simplement penser à faire un trou pour la vidange du réservoir. On peut la fixer sur les trous du châssis (à l’aide de pattes pour la partie arrière).

Où les trouver ? Comme pour les crochets de remorquage, on en trouve maintenant chez de nombreux revendeurs de pièces détachées de 4L ou chez des spécialistes de raids.

Notre retour d’expérience : pour la plaque de protection moteur, privilégiez l’acier qui pourra être réutilisé une fois le raid terminé. En effet, cette plaque étant mise à rude épreuve durant le 4L Trophy, l’alu est trop fragile et se retrouve complètement HS au retour du Maroc. Etant donné le prix assez élevé, mieux vaut prendre du costaud.

5°/ La grille de protection du moteur derrière la calandre

La plupart du temps pendant le 4L Trophy, vous roulerez derrière un autre équipage, qui inévitablement produira des jets de pierres ou petits cailloux qui pourront endommager le moteur et surtout le radiateur d’eau, extrêmement fragile, qui se trouve juste derrière la calandre (sur les moteurs Cléon). Installer une grille de protection (ou du grillage), avec des mailles assez resserrées va permettre de le protéger de ces éventuels jets de pierres en assurant un barrage supplémentaire sans altérer la bonne arrivée d’air nécessaire au refroidissement. La grille est simplement fixée sur la face interne du capot à l’aide de vis à tôle et de grosses rondelles.

6°/ Les bavettes de roues

On en voit malheureusement très peu sur le 4L Trophy et pourtant, elles devraient presque être obligatoires ! Au niveau des roues avants comme arrières, c’est rapide à installer, pas très cher, et cela permet :

  • à l’avant : de protéger votre châssis des impacts de pierres qui fusent des roues et qui risquent d’endommager la tôle
  • à l’arrière : d’éviter les jets de pierres provenant de vos roues sur les 4L qui vous suivent.

Notre retour d’expérience : les casses de pares-brise et de radiateurs d’eau sont extrêmement nombreuses durant le 4L Trophy, du fait des jets de pierre qui proviennent des 4L se trouvant devant sur les pistes caillouteuses. Si chaque équipage investissait dans une paire de bavettes, on résoudrait ce problème ! 🙂

7°/ Rehausse des trains avant et arrière

L’opération n’est pas évidente, est assez longue, et peut être néfaste dans certaines conditions. Elle s’avère pourtant très utile, à l’avant comme à l’arrière pour éviter de “taper” le sol et les pierres sur les pistes, d’autant plus que vous serez généralement assez chargés et donc avec une garde au sol assez faible. Néanmoins, trop rehausser la caisse peut-être néfaste pour deux raisons. D’abord parce que cela fait remonter le centre de gravité, ce qui vous fait perdre en tenue de route et donc en sécurité. Deuxièmement car cela peut détériorer prématurément les cardans, qui se retrouvent à forcer en permanence. En résumé, OUI pour légèrement rehausser, mais faites-le seulement en connaissance de cause. Dans tous les cas, essayez de ne pas partir chargés, c’est le meilleur conseil que l’on puisse vous donner.

Notre retour d’expérience : les fourgonnettes F4 et F6 sont déjà rehaussées par rapport aux berlines, ce n’est donc pas la peine de les rehausser davantage. Pour les berlines, ce n’est pas franchement utile de rehausser à l’avant si vous faites attention à où vous roulez sur les pistes. Vous ne devrez pas trop toucher de pierres. Cela peut-être en revanche utile de rehausser à l’arrière si vous partez chargés pour rétablir une garde au sol normale.

8°/ Modification de l’échappement (silencieux dans l’aile)

Sur la plupart des 4L avec gros moteurs (956 cm3 ou 1108 cm3 Cléon), le silencieux est situé à l’arrière, proche du sol : l’échappement se retrouve donc très exposé aux risques d’accrocs avec le sol sur les pistes marocaines. La solution pour éviter cela : monter un échappement de fourgonnette F6, qui a son silencieux logé dans l’aile avant. Nous avons rédigé un tutoriel complet pour réaliser cette opération : “Monter une ligne d’échappement de 4L avec silencieux dans l’aile”.

Les petits moteurs (Billancourt), ont généralement d’origine le silencieux situé dans l’aile gauche. Dans tous les cas, remplacez vos silentblocs d’échappement avant de partir et prenez-en d’autres de secours (valeur 1-2€) : si vous ne les utiliserez peut-être pas pour vous, ils seront utiles à bien d’autres équipages que vous croiserez, croyez-moi 😉

Notre retour d’expérience : nous avons croisé plusieurs fois sur les pistes des équipages qui ont du s’arrêter à cause d’une ligne d’échappement par terre, un silentbloc du silencieux en vrac, ou tout simplement un silencieux fendu au niveau de la liaison avec la ligne. Ce n’est pas toujours réparable sur place, et nombre de 4L se sont retrouvées en échappement libre (sans silencieux) durant toute la remontée en France : c’est juste intenable pour les oreilles ! Si vous n’optez pas pour un silencieux dans l’aile, contrôlez donc bien que votre ligne est en parfait état et changez vos silentblocs.

Les équipements pour fiabiliser sa 4L pour le 4L Trophy

9°/Améliorer le refroidissement : installer un ventilateur additionnel et une jauge de température d’eau

Voir notre article dédié : “Votre 4L surchauffe, les solutions !”.

Le refroidissement est un des éléments les plus importants de la préparation. Il fait très chaud dans le désert marocain, même en Février, et la 4L va être mise à rude épreuve, notamment dans le sable où elle va patiner et donc beaucoup chauffer. D’autant plus qu’on ne roule pas vite sur les pistes (normalement..) et que le moteur refroidit logiquement moins bien.

Monter un ventilateur additionnel que l’on va pouvoir allumer/éteindre manuellement va permettre de refroidir efficacement lors de coups de chauds. Associé à une jauge de température d’eau et à un interrupteur, on va pouvoir déclencher le ventilateur en prévention dès que l’on voit la température du moteur monter un peu trop, avant même que le ventilateur d’origine ne se déclenche. Il peut également venir en renfort du premier ventilateur lorsque celui-ci s’est déjà déclenché. Ce système est également très efficace dans nos contrées, notamment en prévention contre les embouteillages, là où la 4L a tendance à surchauffer très rapidement.

Notre retour d’expérience : c’est inévitable, votre 4L va chauffer sur les pistes du 4L Trophy. Chaleur extérieure, sol “mou”, vitesse lente : toutes les conditions sont réunies pour qu’elle surchauffe. Malgré 2 ventilateurs, notre 4L a tout de même eu des coups de chaud lors de notre premier raid. Nous avons donc opté pour 2 nouveaux ventilateurs “compétition” et une pompe à eau électrique en complément pour les raids suivants et l’ensemble s’est avéré très efficace. Mettez donc toutes les chances de votre côté pour la refroidir au mieux et pensez à faire des pauses en ouvrant le capot si cela ne suffit pas.

10°/ Améliorer la prise d’air / changer de type de filtre à air

Ajouter un préfiltre

Comme indiqué plus haut, la plupart du temps sur les pistes vous serez à la queue-leu-leu avec d’autres équipages, et vous allez recevoir de la poussière et du sable, beaucoup de sable. Il est donc judicieux d’ajouter un préfiltre en entrée du tube menant à la boîte à air, afin de ne pas encrasser le filtre trop rapidement. Un collant en nylon ou un morceau de mousse par exemple feront très bien l’affaire.

Le snorkel : vraiment utile ?

En ce qui concerne l’installation d’un snorkel simple (prise d’air haute, généralement au niveau du toit), c’est à mon sens, juste pour le style : ils sont en effet utiles pour les passages de gué, afin d’éviter que de l’eau ne s’infiltre dans le circuit d’air. Sauf qu’il n’y a pas vraiment de passages de gués sur les pistes du 4L Trophy ! En revanche, il existe des snorkels équipés d’un préfiltre cyclonique qui retiennent 99% des particules (dont le sable) : ils ont un certain coût mais s’avèrent efficaces si vous souhaitez vraiment installer un snorkel sur votre 4L.

Notre retour d’expérience : soigner sa prise d’air est primordial lorsque l’on participe à un raid dans le sable. Sans préfiltre, le filtre papier d’origine va retenir trop de sable et finir par se boucher, altérant le bon fonctionnement du moteur. Nous n’avions pas installé de préfiltre lors de notre premier raid et avons été obligés de passer le filtre papier à la soufflette chaque jour sans quoi le moteur s’essouffle rapidement.

Les équipements intérieurs

11°/ Les prises 12V (allumes-cigares) et prises usb

C’est tout simplement obligatoire dans votre préparation au 4L Trophy ! Pour recharger vos lampes-torches, vos téléphones, vos Go-Pro, vos appareils photos etc etc… C’est facile à monter et ça ne coûte pas grand chose.

12°/ L’autoradio et les haut-parleurs

Vous allez rouler des dizaines d’heure pendant les deux semaines de raid, et quand vous roulez de nuit et que votre copilote dort, mieux vaut un peu de musique pour tenir ! Plus généralement, l’installation audio, c’est vraiment un indispensable de la préparation au Trophy 😀

13°/ Aménagement du coffre : planches de bois ou sangles / filets de maintien

La 4L généralement remplie à ras-bord, vous devez accéder à vos équipements pour installer ou désinstaller votre campement tous les soirs et tous les matins, accéder à votre casse croûte le midi, à vos bières le soir, à vos outils pour réparer votre belle… autant vous dire qu’un minimum d’organisation de votre coffre est requis, sans quoi vous allez vous retrouver avec des affaires partout que vous finirez par ne plus retrouver en cas d’urgence. Pour cela, faire un aménagement avec des planches de bois est certainement la meilleure solution et vous pouvez l’adapter selon ce que vous emmenez.

Notre retour d’expérience : Cela étant dit, pour notre part nous avons fait le 4L Trophy sans aménagement, on s’en est sortis parce qu’on était assez peu chargés, mais ce n’est pas forcément recommandé… Par sécurité, nous avons tout de même utilisé un grand filet de maintien dans le coffre pour ne que rien ne bouge en cas de freinage brusque par exemple.

14°/ Le ventilateur intérieur

Cela peut paraître un peu gadget mais croyez-moi vous ne le regretterez pas ! Il s’agit d’un petit ventilateur que vous branchez sur une prise 12V et qui se révèle très efficace lorsque vous avez un petit coup de chaud dans la 4L ! En effet, lorsque vous roulez à faible allure sur les pistes du désert marocain ou dans les bouchons, il fait vite chaud dans l’habitacle et un petit ventilateur n’est pas de trop. Nous avons opté pour un ventilateur orientable avec ventouse qui est assez puissant et que l’on “colle” sur la vitre ou le pare-brise.

15°/ Les sièges baquets et harnais ?

A moins d’avoir une 4L préparée course, ces équipements n’ont pas beaucoup d’utilité dans la préparation au 4L Trophy. Les sièges baquets peuvent peut-être vous apportez un peu plus de maintien, ce qui peut-être agréable dans les virages, quand la 4L tangue beaucoup. Pour le reste, si on en voit beaucoup sur le raid, ce n’est que pour le style ! 

Pour aller plus loin : améliorer le confort et la performance de conduite de sa 4L pour le 4L Trophy

16°/ Choix des pneumatiques

C’est un grand débat entre Trophystes : faut-il des pneus sables, pneus neiges, pneus renforcés, pneus larges ou simplement garder ses pneus de route d’origine ? Un article détaillé sur le choix des pneus est prévu pour bientôt. En attendant, nous avons utilisé des pneus 4 saisons pour la route (n’oubliez pas que les 3/4 du raid se font sur du bitume) et des pneus neiges pour les pistes : nous n’avons eu aucune crevaison ni aucun souci d’adhérence sur les pistes avec ce montage et nous sommes passés partout. Attention, la pression des pneus est toute aussi importante que le choix des pneumatiques en lui-même.

Notre retour d’expérience : si nous n’avons eu aucune crevaison avec nos “simples” pneus routes, d’autres équipages ayant des 4L montées en pneus renforcés (type Blackstar) ont eu de multiples crevaisons (jusqu’à 3 pneus !). Nous ne ferons pas de raccourci ici mais c’est simplement la démonstration que ce n’est pas tellement la peine de se prendre la tête pour le choix des pneumatiques, vous ne participez pas au Paris-Dakar ! 🙂

17°/ Choix des amortisseurs

Comme pour les pneus, il y a débat sur ce sujet mais encore une fois, ne vous prenez pas trop la tête. Les amortisseurs de type origine, bien que très souples, font généralement bien l’affaire si votre 4L n’est pas modifiée.

Pour notre part, nous avons monté des Record Maxigaz qui ont parfaitement rempli leur rôle (peut-être un peu trop souples mais incroyablement confortables). A moins que votre objectif soit de faire une course de vitesse sur les pistes marocaines, il n’est pas nécessaire de monter des amortisseurs renforcés spécial raid ou même des amortisseurs de compétition type Bilstein B6 pour participer au 4L Trophy. On ne dit pas que ce ne sont pas de bons amortisseurs ou qu’ils ne sont pas adaptés, bien au contraire, mais disons que le surcoût pour de tels amortisseurs n’est pas justifié si vous participez au 4L Trophy dans des conditions normales (course d’endurance avec une voiture d’origine).

18°/ La galerie de toit (ou porte-bagages)

La galerie de toit permet de libérer pas mal de place dans le coffre lorsque la 4L est très chargée, notamment en y déplaçant les équipements encombrants et/ou salissants (roues de secours, bidons d’huile, jerricans d’essence) qu’on n’aime pas toujours mélanger avec nos affaires. Elle s’avère également très pratique pour aller récupérer du bois pour le feu lors de l’étape marathon. Enfin, une 4L avec une galerie de toit, c’est vraiment stylé ! 😉

Petit bémol : cela peut potentiellement faire un peu de bruit sur autoroute et peut augmenter sensiblement la consommation.

Notre retour d’expérience : nous n’avions pas installé de galerie de toit lors de notre 4L Trophy en 2015 afin de limiter la consommation et le bruit sur autoroute. Mais il faut dire que l’on a un peu regretté après coup, car c’est un gros plus en termes de confort et de praticité (beaucoup plus de place dans la voiture). Sans galerie de toit, le coffre est très encombré et il est difficile de bien l’organiser. La galerie de toit, c’est aussi un bel atout pour des photos réussis avec votre 4L 🙂

19°/ Les projecteurs additionnels (ou longues portées)

Depuis quelques années, pour des raisons de sécurité, le règlement du 4L Trophy interdit formellement de rouler de nuit pendant les étapes au Maroc sous peine de disqualification. Vous comprendrez donc que les longues portées n’ont pas vraiment d’intérêt pour le 4L Trophy. Par contre, ça change vraiment l’allure de votre 4L alors si vous avez le budget, n’hésitez pas ! Pour notre part, nous avons opté pour des longues portées équipées de veilleuses à cerclage LED que l’on appelle aussi Angel Eyes : ça ne sert à rien, mais qu’est-ce que c’est stylé ! 😀

Notre retour d’expérience : évitez de monter vos projecteurs au milieu de la calandre : ils empêchent le passage de l’air dans le capot et gênent ainsi le bon refroidissement du radiateur. De la même manière, éviter de les fixer trop bas (par exemple au niveau du pare-choc), car ils seraient trop exposés aux projections de pierres et risqueraient une casse de la vitre. Vous pouvez donc les fixer soit sur le toit soit au niveau du capot (juste au dessus de la calandre) soit aux extrémités gauche et droite de la calandre. Nous avons personnellement opté pour la dernière option, plus discrète.

20°/ Le lave-glace électrique

Ce n’est pas indispensable mais c’est un vrai gain en confort voire en sécurité lorsque vous utilisez la 4L de manière intensive comme lors du 4L Trophy. Vous allez beaucoup vous servir du lave-glace pendant les 2 semaines du raid, et l’utilisation de la petite pédale au pied gauche, bien que fort sympathique, peut se révéler fastidieuse voire dangereuse lors d’utilisations répétées (sur les pistes notamment). Installer un lave-glace électrique n’est vraiment pas compliqué et cela vaut une quinzaine d’euros. Vous pourrez le retirer par la suite si vous souhaitez que votre 4L conserve ses fonctionnalités et son aspect d’origine.

De plus, son efficacité est largement supérieure à celui de la pompe manuelle, car il produit un jet plus puissant et plus précis tandis que je sais que vous aussi vous avez beaucoup de mal à doser la pompe manuelle avec votre pied pour que le jet arrive bien au milieu du pare brise ! 😀

21°/ Les vérins de portes

Eh oui, car les portes de la 4L ont la fâcheuse tendance à se refermer toute seule, ce qui est très peu pratique à bien des égards… surtout lorsqu’on en fait une utilisation intensive comme au 4L Trophy. Il existe pour cela des petits vérins que l’on fixe sur les 4 portes en remplacement des sangles d’arrêt d’origine. Ils permettent d’arrêter la porte mais aussi et surtout de les laisser ouvertes, comme sur une voiture moderne. C’est très facile à installer, et ça coûte moins de 20€ les 4…

Notre retour d’expérience : si les vérins de portes s’avèrent très pratiques lors des premières utilisations, ils nous ont quelques peu déçus par la suite. En effet, nous avons installé les vérins de la boutique Poussières des pistes et au bout de quelques semaines d’utilisation, ils ne remplissent plus leur rôle et finissent par ne plus rien retenir. De plus, les vis fournies avec ne sont pas traités contre la corrosion et s’oxydent très rapidement. Bref, nous avons eu une mauvaise expérience avec ces vérins mais peut-être qu’en en trouvant de meilleure qualité, vous serez plus satisfaits que nous !

22°/ L’avertisseur de feux allumés / éteints

Facile à monter, pas cher (moins de 20€) et presque indispensable à toute préparation au 4L Trophy. Il permet de vous avertir quand :

  • vos feux ne sont pas allumés quand le contact est mis (or il est obligatoire d’avoir les feux allumés durant les étapes sur le Trophy sous peine de points de pénalités)
  • vos feux ne sont pas éteints lorsque l’on coupe le contact (afin d’éviter de tomber en rade de batterie)

 CONCLUSION : TROUVEZ UN JUSTE MILIEU

Vous l’aurez compris, il n’y a pas vraiment de préparation type pour le 4L Trophy. Cela dépend certes de votre budget, mais aussi de la manière dont vous abordez le raid et ce que vous comptez faire de votre 4L en rentrant de l’aventure. A vous de vous poser la question avant de vous lancer, ou non, dans une grosse préparation. Même si la plupart des opérations ne sont pas irréversibles pour revenir à une 4L d’origine, il vaut mieux y réfléchir avant.

Alors, quels éléments avez-vous ou allez-vous monter pour préparer votre R4 ? N’hésitez pas à partager en commentaire votre propre préparation et à poser toutes vos questions sur Facebook (Sortie de Grange) ou Instagram (sortiedegrange).

Laisser un commentaire