Comment bien passer l'hiver en voiture ancienne ?,  Dossiers

Voiture ancienne : comment lutter contre les infiltrations d’eau et la buée ?

L’eau et les voitures anciennes, ça ne fait pas toujours bon ménage… En particulier durant l’hiver, de nombreux véhicules anciens sont victimes d’infiltrations d’eau et de buée : eau sur les planchers, buée sur les vitres, sièges humides et les risques qui en découlent : mauvaise visibilité rendant la conduite dangereuse, développement de la corrosion ou encore de mauvaises odeurs… Si vous en sortez avec votre ancienne que par beau temps, ça n’est pas un problème. Mais pour ceux qui comme moi roulent en voiture ancienne quotidiennement et par tout temps, cela devient vite compliqué. Alors pour éviter tous ces désagréments et profiter au maximum de votre ancienne par tous les temps, voici quelques conseils ! 😉

POURQUOI Y-A-T-IL DES INFILTRATIONS D’EAU ET DE LA BUÉE DANS MON ANCIENNE ?

Les facteurs qui rendent notre habitacle humide

Même neuve, une voiture ancienne n’est pas étanche à 100%…

On a tendance à l’oublier, mais il y a 40, 50, 60 voire 70 ans, l’étanchéité n’était pas la préoccupation majeure des constructeurs lorsqu’ils concevaient un véhicule. Cela peut paraître aberrant aujourd’hui, mais il n’était pas rare à l’époque que des véhicules neufs soient victimes d’infiltrations d’eau à leur sortie d’usine ! Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si certains véhicules sont équipés d’origine de trous d’évacuation d’eau sur le plancher… 😉

Des joints de carrosserie en mauvais état

Avec les années, les joints en caoutchouc des portes et des vitres de nos anciennes ont tendance à durcir, craqueler et se rétracter. Dans ce cas ils ne peuvent donc plus jouer leur rôle, et vos ouvrants ne sont plus étanches. Lorsqu’il pleut, l’eau finit par s’infiltrer peu à peu dans les interstices ainsi formés et se retrouve finalement sur votre plancher ou vos sièges… C’est le cas le plus classique !

Des éléments de carrosserie qui se déforment

On le sait, les éléments de carrosserie de nos voitures anciennes ne sont pas connus pour être les plus robustes. Les portes et leurs charnières notamment finissent par se déformer légèrement à force d’être manipulées. Résultat, les ouvrants ne sont plus tout à fait alignés avec la carrosserie ce qui finit par créer un petit jour entre les deux. Les joints caoutchouc ne sont dans ce cas plus efficaces puisqu’ils ne parviennent plus à combler le jeu entre l’ouvrant et la carrosserie.

Un hiver qui n’arrange rien

Je ne vous apprends rien, dans nos contrées, les averses sont plus fréquentes en hiver. Les infiltrations d’eau sont donc particulièrement virulentes cette saison, d’autant plus que les températures sont basses et ne permettent pas à l’eau de s’évaporer entre deux averses. On se retrouve avec de l’eau stagnante en permanence dans la voiture ce qui est particulièrement néfaste : buée permanente, mauvaises odeurs persistantes, et risque accrue d’apparition de rouille sur les planchers particulièrement.

Pourquoi la buée, comment se forme-t-elle ?

L’humidité ambiante provoque l’apparition de vapeur d’eau dans l’habitacle qui, lorsqu’elle remonte sur les surfaces froides que sont le parebrise ou les vitres, se condense en de minuscules petites gouttelettes formant ainsi la buée. Il faut donc 2 facteurs pour que la buée se forme : de l’humidité ambiante, et des surfaces froides. C’est pour cela que la buée se forme surtout l’hiver, lorsque les vitres sont particulièrement froides et que l’habitacle est généralement plus humide à cause de la pluie.

C’est aussi pour cette raison qu’il y a deux solutions pour éviter la buée :

  • à court terme, il “suffit” de souffler de l’air chaud sur les vitres (parebrise notamment) pour réchauffer la surface et faire disparaitre la buée. C’est le rôle du système de désembuage présent dans les voitures.
  • Réduire l’eau et l’humidité ambiante dans l’habitacle. C’est à cela que l’on va s’intéresser dans la seconde partie.

POURQUOI LES INFILTRATIONS D’EAU ET LA BUÉE SONT-ELLES PARTICULIEREMENT NÉFASTES POUR NOS VOITURES ANCIENNES ?

La buée, ennemie number one

On vient de le voir, l’apparition de la buée sur votre parebrise ou vos vitres est la conséquence directe d’un fort taux d’humidité dans votre habitacle. Une buée importante peut s’avérer très dangereuse pour la conduite.

Avant que je règle -partiellement- les problèmes d’infiltration d’eau dans ma 4L, l’hiver les vitres étaient constamment pleines de buée. Toutes les vitres ! Parebrise évidemment, mais aussi les vitres latérales et la lunette arrière… Pour le parebrise je pouvais encore contourner le problème avec le système de désembuage, mais pour le reste, impossible… Quand il pleuvait fort je ne voyais plus rien dans les rétros, plus rien derrière… Bref, tout ça pour vous dire que c’est vraiment dangereux, il faut régler le problème au plus vite si vous utilisez votre ancienne tous les jours !

L’humidité favorise le développement de la corrosion

L’humidité ambiante et l’eau stagnante favorise l’apparition de la corrosion et son développement sur le plancher en particulier, mais aussi sur toutes les autres surfaces métalliques peu protégées contre la rouille. Et quand l’eau stagne et que le taux d’humidité est très élevée, la rouille attaque votre habitacle bien plus vite que vous ne le pensez !

L’humidité favorise le développement bactérien et les mauvaises odeurs

Vous l’avez déjà sûrement constaté, lorsqu’il a plu, il persiste comme une odeur de renfermé dans votre voiture ancienne… Cela est dû au développement de bactéries au niveau des sièges, moquettes ou encore mousses d’isolations lorsque tout cela est humide. Ces bactéries sont responsables des mauvaises odeurs et de l’apparition de la pourriture au sein de l’habitacle, ce qui n’est jamais très agréable.

COMMENT LUTTER CONTRE LES INFILTRATIONS D’EAU ET LA BUÉE ?

Afin d’éviter tous les inconvénients d’un habitacle humide, il n’y a pas 36 solutions. En réalité, il y en a 3 et leur ordre ont une importance : on commencera toujours par tenter la première solution avant de passer à la suivante. Parfois, une technique sera impossible à mettre en place ou ne résoudra qu’une partie du problème : dans ce cas, on passera à la solution suivante.

ÉTAPE N°1 : Empêcher l’eau de pénétrer dans l’habitacle

Une voiture ancienne étanche, une utopie ?

“Tu as de l’eau dans ta voiture ? Ben tu n’as qu’à éviter qu’elle ne rentre !”. Facile à dire. Merci du conseil. Mais dans la réalité, de nombreux propriétaires de voitures anciennes le savent, ça n’est pas la même limonade !

Cela dépend en fait beaucoup de la conception de votre voiture : certaines sont étanches et ne laissent passer aucune goutte d’eau, d’autres se transforment en de véritables baignoires à la moindre averse.

Je peux en parler en connaissance de cause, j’ai exactement les deux cas de figures avec ma Mini et ma 4L, qui ont pourtant été conçues à la même époque (années 50), preuve que ce n’est pas qu’une question d’âge. La Mini est parfaitement étanche, ou presque : elle peut rester tout une journée sous une pluie diluvienne, pas une goutte à l’intérieur. La 4L, elle, prend l’eau à la moindre averse…

Bon, ces deux cas sont un peu extrêmes. Les voitures anciennes étanches comme ma Mini sont rares et les 4L sont au contraire réputées pour être des piscines. J’ai d’ailleurs tout essayé sur cette 4L pour la rendre étanche et je n’y suis jamais complètement arrivé, même si elle prend beaucoup moins l’eau aujourd’hui, il faut le noter.

D’où proviennent les infiltrations d’eau ?

Voici une petite anecdote qui dit en dit long sur le concept “d’étanchéité” des constructeurs automobiles il y a 50 ans… Renault avait rédigé à l’époque une note complète et détaillée pour son réseau de garages, dans laquelle le constructeur listait l’ensemble des zones d’infiltration d’eau possibles dans la 4L, soit plus d’une dizaine ! 😉

Autant le dire, si le constructeur était déjà conscient de l’existence de plus d’une dizaines de fuites sur la 4L à l’époque, qu’est-ce que cela doit être aujourd’hui avec l’usure qui est passée par là ?

En effet, les zones d’infiltration d’eau peuvent être très nombreuses sur certaines anciennes, voici les plus fréquentes, celles à contrôler en priorité.

Le joint de parebrise (ou de lunette arrière)

Il finit par durcir, craqueler, s’abîmer et ne peut plus jouer son rôle. Parfois, c’est la tôle se trouvant en dessous du joint qui en est la cause : comme l’eau stagne, la corrosion fait son apparition et attaque progressivement le métal. Ce qui laisse de l’espace à l’eau pour s’infiltrer

Les joints de portes

Comme pour le parebrise, ils finissent avec le temps par s‘effriter et laisser passer l’air et l’eau. Les portes de nos anciennes ont également tendance à se déformer et à se “voiler” avec le temps et les multiples ouvertures. Cela accentue l’infiltration d’eau, le joint caoutchouc ne pouvant plus se comprimer entre la porte et la carrosserie.

Les grilles de ventilation et baies de parebrise

Certaines voitures anciennes sont équipées de grilles de ventilation, généralement en dessous du parebrise, juste au dessus du capot. Lors de pluies fortes, l’eau a tendance à s’infiltrer dans cette grille pour se retrouver dans la baie de parebrise. Les constructeurs ont donc généralement pensé à faire une évacuation d’eau de la baie de parebrise vers l’extérieur. Néanmoins, cette évacuation (parfois un simple tuyau se dirigeant vers le bas du compartiment moteur comme sur la 4L) se bouche, et l’eau s’infiltre ainsi directement dans l’habitacle.

Les gaines de ventilation et buses d’aération

Il arrive fréquemment que les buses d’aération soient à l’origine d’infiltration d’eau et d’humidité. Sur certaines anciennes, ces buses sont reliées à des gaines de ventilation se trouvant à l’extérieur de l’habitacle et captant l’air en façade de la voiture, en passant par les passages de roues. Il suffit qu’un raccord ne soit pas étanche, qu’une gaine soit percée ou tout simplement absente pour que l’eau projetée par les roues ne s’infiltre directement dans l’habitacle via les aérateurs. J’ai eu le cas sur ma Mini Austin à cause d’une gaine d’aération manquante dans le passage de roue. Résultat, cela a complètement détruit mon tableau de bord en bois qui a pourri en quelques mois…

Les joints de fenêtres

Et notamment les fenêtres à ouverture horizontale. Vous savez, les fenêtres qui ne s’ouvrent qu’à moitié en coulissant sur le côté ! Elles ont la fâcheuse tendance à laisser passer l’eau dans la glissière, eau qui finit par ruisseler à l’intérieur des portes puis sur le plancher. Les joints des vitres sont pourtant équipées de perçages pour l’évacuation d’eau mais cela ne se révèle pas toujours efficace lors de forte pluie, cet orifice ayant tendance à vite se boucher.

Les trous de fixation de carrosserie

Sur de nombreuses voitures anciennes, les éléments de carrosserie comme les ailes ou les contre-ailes par exemple sont simplement fixées à la caisse à l’aide de vis ou de boulons. Les constructeurs ont -parfois- la bonne idée de mettre un joint polyuréthane sur ces trous et vis de fixation pour garantir l’étanchéité et éviter que l’eau ne puisse s’infiltrer. Mais avec le temps et la déformation des éléments, le joint PU finit par ne plus jouer son rôle et laisse ainsi passer l’eau à l’intérieur de l’habitacle. De plus, lorsqu’un élément est démonté ou remplacé, de nombreuses personnes ne pensent pas à refaire un joint au niveau de ces trous de fixation…

L’antenne

On n’y pense pas toujours, mais c’est une vraie source de fuite lorsque le joint est abîmé ou que l’antenne est mal serrée.

Ce n’est qu’une petite liste non exhaustive des zones fréquentes d’infiltration de l’eau… il peut y en avoir bien d’autres !

Comment détecter les fuites d’eau ?

Dans certains cas extrêmes, il me parait vain de vouloir à tout prix rendre sa voiture étanche à 100%. Si elle n’a pas été conçue pour ça, mieux vaut ne pas s’acharner et se contenter simplement de limiter la casse.

Les infiltrations d’eau peuvent avoir plusieurs sources sur une voiture ancienne. La première des choses à faire est donc de déceler, une à une, les fuites qui font rentrer de l’eau dans l’habitacle lorsqu’il pleut.

Pour cela, voici la technique qui me parait la plus adaptée. A l’aide d’un jet d’eau, j’arrose une zone définie de ma voiture (le parebrise par exemple) et je vérifie à l’intérieur qu’il n’y ait pas de fuite à ce niveau-là. Je fais ensuite la même chose pour chaque zone présentant des risques potentiels d’infiltration, une zone à la fois : porte avant gauche, porte arrière gauche, vitre arrière…

Vous l’aurez compris, le but est d’imiter la pluie et déceler les fuites potentielles sur chaque zone. Il ne faut surtout pas arroser toute la voiture en une fois, puisque l’eau aura tendance à ruisseler un peu partout à l’intérieur et il sera bien plus difficile de déceler l’origine exacte de l’infiltration.

Astuce : pour faciliter la détection des infiltrations d’eau, vous pouvez également faire des petits traits de craie un peu partout sur les zones à risque (à l’intérieur bien sûr) : en dessous des joints, au niveau des ouvrants, des fenêtres, des grilles d’aération… En effet, on ne voit pas toujours bien l’eau qui ruisselle sur les parois, en revanche, la craie s’efface au contact de l’eau et on l’on détecte ainsi bien plus facilement la fuite.

Comment remédier aux infiltrations d’eau dans son ancienne ?

Bon, le plus dur est fait : vous avez réussi à détecter d’où provenaient les infiltrations ! C’est certainement la partie la plus laborieuse. Maintenant il ne reste “plus” qu’à colmater ces fuites ! Rien de compliqué ici, cela va surtout dépendre de la provenance de l’infiltration d’eau :

Infiltration par les joints de portes ou de vitres

A ce niveau-là, pas de miracle, il faudra remplacer vos joints qui ont durci et se sont rétractés et désagrégés avec le temps. Il faudra également contrôler qu’il n’y ait plus d’espace entre l’ouvrant (porte ou vitre) et la carrosserie une fois le joint neuf monté. Si c’est le cas, c’est que l’un des deux éléments a subi une déformation avec le temps. Il faudra donc redresser ou bien changer la pièce si elle n’est pas réparable pour retrouver les côtes d’origine.

Infiltration par le parebrise ou la lunette arrière

Dans ce cas, il y a de très fortes chances que ce soit votre joint qui soit H.S. Remplacez-le par un neuf, et prenez bien soin de le coller avec un mastic / colle polyuréthane qui permettra d’assurer une meilleure étanchéité. Vous pouvez en trouver chez Peinture Voiture ou chez Restom par exemple.

La dernière fois que j’ai changé un parebrise avec joint gorge sans mettre de colle, j’ai vraiment regretté : l’eau s’infiltrait sans problème alors que je n’avais pas une goutte d’eau avec l’ancien parebrise. Pensez-donc y !

Il vous faudra également contrôler que votre baie de parebrise ou de votre lunette arrière ne soit pas trop attaquée par la corrosion. En effet, si la tôle est rongée par la rouille (comme c’est souvent le cas à cause d’une eau stagnante), le joint même neuf ne pourra pas jouer pleinement son rôle et l’eau s’infiltrera dans l’habitacle. Il faudra donc réparer votre baie de parebrise en bonne et due forme avant tout remplacement de joint (découpe de la zone attaquée + soudure d’une nouvelle tôle).

Infiltration par les gaines de ventilation et buses d’aération

Cela arrive généralement lorsque votre ancienne est équipée de gaines extérieures pour capter l’air : si des gaines sont manquantes, percées ou que les liaisons ne sont pas bien étanches, l’eau va s’infiltrer dans l’habitacle. Vérifiez donc que toutes les gaines soient bien présentes dans les ailes et passages de roues notamment et qu’elles soient en parfait état.

Infiltration par les grilles de ventilation

Comme évoqué plus haut, il est généralement “normal” que de l’eau s’infiltre dans les grilles de ventilation lorsqu’il pleut. Mais un système d’évacuation est prévu dans la baie de parebrise : s’il ne fonctionne pas bien, c’est qu’il doit être bouché. Résidus de feuillages, boue peuvent en effet à terme obstruer les conduits d’évacuation. Pour vérifier ça, laissez couler une bonne quantité d’eau par la grille de ventilation et vérifier si elle est bien évacuée. Si l’eau se retrouve au contraire dans l’habitacle, il vous faudra démonter la grille pour repérer les évacuations et les déboucher.

Infiltration par les trous de fixation de carrosserie

Il suffira dans ce cas de faire un joint à l’aide d’un mastic polyuréthane au niveau des vis de fixation pour garantir l’étanchéité du montage.

Infiltration par le trou d’antenne

On vérifie dans un premier temps que l’antenne soit bien serrée. Si c’est le cas, contrôlez que le joint en caoutchouc se trouvant entre la carrosserie et l’antenne soit bien présent et en bon état (pas déchiré ni durci). Si c’est le cas, la meilleure solution est d’enlever le joint caoutchouc et de réaliser proprement un joint au mastic PU : cela permettra de combler les petits espaces dû à des surfaces imparfaites.

ÉTAPE N°2 : Faciliter l’évacuation de l’eau et l’empêcher de stagner

Désormais, vous avez mis toutes les chances de votre côté pour que l’eau ne s’infiltre plus dans votre belle. Mais malgré tous vos efforts, il se peut qu’il y ait quand même de l’eau au sein de votre habitacle lors de grosses pluies par exemple. Qu’on se le dise tout de suite, selon le modèle et l’année de votre ancienne, c’est “normal” : il y a fort à parier pour que votre voiture n’ait pas été conçue pour être étanche.

Si vous êtes dans ce cas et que vous ne pouvez pas “colmater” 100% des fuites, il va falloir passer à la deuxième étape : faire sortir l’eau de votre ancienne ! Cette étape est surtout réservée à ceux qui ont régulièrement de l’eau stagnante sur le plancher, ce qui est souvent synonyme de corrosion. Car bien souvent, il est plus facile d’évacuer l’eau que de l’empêcher de rentrer ! 🙂

Comment faciliter l’évacuation de l’eau ?

Pour cela, rien de bien compliqué, il suffit de percer un petit trou (diamètre 10 mm par exemple) de chaque côté du plancher, à son niveau le plus bas. Ces trous sont déjà présents d’origine sur les planchers de certains modèles de voitures (4L notamment, à l’avant et à l’arrière). Cela permettra d’éviter de vous retrouver avec une flaque d’eau sur votre plancher, avec toutes les conséquences qui s’en suivent.

Éviter également de mettre sur votre plancher des mousses d’isolation ou autre moquette qui absorbent l’eau. En effet, privilégiez plutôt des matériaux hydrofuges qui vont laisser couler l’eau pour qu’elle s’évacue plus rapidement. Les matériaux absorbants style feutre, thibaude ou mousse recyclée vont contribuer à un taux d’humidité important dans l’habitacle et favoriser l’apparition de la buée par exemple.

Contrôler les fuites “internes

Attention, parfois les fuites d’eau peuvent venir directement de l’intérieur de l’habitacle et c’est comme ça que vous vous retrouvez avec de la buée même quand il ne pleut pas. Oui c’est possible ! C’est dû généralement aux fuites de liquide de refroidissement qui proviennent des durites de chauffage ou du radiateur de chauffage en lui-même. Pensez donc à vérifier l’état de vos durites, leur serrage ainsi que l’état du radiateur. C’est souvent le robinet de chauffage qui fuit, et notamment son joint torique : c’est très facile à changer.

ÉTAPE N°3 : les techniques anti-humidité et anti-buée

Si après avoir tout fait pour à la fois empêcher l’eau de s’infiltrer et faciliter son évacuation votre habitacle est toujours humide, il va falloir utiliser des moyens externes.

Les sachets absorbeur d’humidité (billes de silice)

C’est certainement la solution la plus connue et la moins chère. Il s’agit de sachets en tissu, remplis de billes de silice, qui ont pour rôle d’absorber l’humidité ambiante. Une fois les billes gorgées d’eau (indiqué par une pastille qui change de couleur), il suffit de faire sécher le sachet au soleil ou au micro-ondes par exemple. Ces sachets sont spécifiquement conçus pour l’automobile.

C’est assez pratique car ça ne prend pas de place, c’est assez discret et on peut les placer n’importe où. On en trouve aujourd’hui un peu partout pour une dizaine d’euros, comme ici.

Pour ne rien vous cacher, je suis un peu mitigé sur l’efficacité de ces sachets. Les avis sont plutôt très positifs sur Internet, mais il doit s’agir de personnes roulant avec des véhicules modernes et une humidité intérieure pas forcément très élevée. Pourtant, la plupart annonce que cela a permis de faire disparaître la buée de leur parebrise… Pour ma part, j’en ai mis 2 dans ma 4L et je n’ai pas réellement vu de différences. Je pense donc que cela ne doit pas être efficace quand la voiture est pleine d’infiltrations et que l’habitacle est vraiment trop humide, ce qui parait assez logique.

L’absorbeur d’humidité à recharge

C’est l’absorbeur classique que tout le monde connaît pour la maison : il absorbe l’humidité grâce à une recharge. Le plus réputé est le Rubson.

Les avis sont plutôt positifs pour une utilisation domestique, alors pourquoi pas pour la voiture ? J’avoue n’en avoir jamais utilisé, mais je pense que ça peut-être vraiment efficace pour la voiture. Ce n’est pas trop cher (environ 15€) mais ce qui me dérange c’est que cela utilise des recharges qui sont elles assez chères (15€ les 2 environ) et que cela produit des déchets inutiles.

Le traitement antibuée

Il existe des traitements anti-buée efficaces à appliquer sur l’intérieur des vitres de votre voiture ancienne. Les plus connus sont le Rain-X et le GS27 :

Leur fonctionnement est simple : ils forment un film transparent invisible sur le pare brise ou les vitres traitées qui va empêcher la formation des mini-gouttelettes caractéristiques de la buée.

Cela n’empêchera pas votre habitacle d’être humide, mais c’est une solution très utile pour votre sécurité lorsque vous avez constamment les vitres pleines de buée l’hiver.

En revanche, l’efficacité est limitée : ces produits ne durent pas très longtemps et ont tendance à salir rapidement les vitres.

Quelques astuces pour finir….

Si de mauvaises odeurs persistent dans votre habitacle alors que vous avez résolu les problèmes d’infiltration d’eau ou d’humidité, pulvériser un produit désinfectant anti-odeur de type Sanytol sur toutes les surfaces ayant été soumises à l’humidité, notamment les sièges et leurs mousses ainsi que les moquettes. J’utilise personnellement le désinfectant désodorisant pour textile Sanytol que je trouve très efficace.

J’utilise régulièrement ce produit qui permet de désinfecter tout en laissant une bonne odeur dans la voiture.

Pour ceux qui ont toujours des vitres pleine de buée malgré tous ces conseils, pensez à avoir toujours dans votre voiture un chiffon microfibres : cela peut toujours dépanner pour essuyer vos vitres en cas de forte pluie et quand vous ne voyez plus rien. Prenez soin de sortir le chiffon de votre voiture après utilisation pour ne pas accentuer l’humidité ambiante. D’une manière générale, sortez de votre voiture tout ce qui est susceptible de retenir ou dégager de l’humidité : chiffon, papiers, aliments…

J’espère que cet article a pu aider ceux qui ont, comme moi, des voitures anciennes qui prennent l’eau ou dont les vitres sont pleines de buée ! N’hésitez à nous raconter votre expérience ou poser vos questions dans les commentaires en bas de l’article ! 😉

Laisser un commentaire