Dossiers,  Quelle essence dans mon ancienne ?

Voiture ancienne : quel carburant (essence) utiliser ?

La question de l’essence à utiliser est très souvent posée et fait débat dans le monde de la voiture ancienne… Plutôt SP95 ou SP98 ? Est-il possible de rouler à l’E85 ? Faut-il utiliser un additif ? Nous allons tenter de répondre à toutes ces questions ! 🙂

Si vous voulez savoir si vous devez utiliser un additif substitut de plomb dans l’essence pour votre ancienne, j’ai consacré un article à ce sujet sur Sortie de Grange que vous pouvez lire ici.

Comment choisir l’essence pour son ancienne ?

Il y a de nombreux éléments qui rentrent en compte dans la composition de l’essence. Certains d’entre eux sont primordiaux puisqu’ils vont déterminer si l’essence en question est compatible ou non avec votre moteur.

L’indice d’octane

L’essence utilisée comme carburant dans nos véhicules est une énergie fossile, composée de plusieurs éléments. Parmi eux, 2 se distinguent :

  • L’heptane, qui facilite l’auto-inflammation du combustible ;
  • L’octane qui, au contraire, freine l’apparition d’une auto-inflammation. 

Dans une essence, plus l’indice d’octane est élevé, plus l’essence peut être comprimée et ainsi offrir une bonne résistance à l’auto-inflammation.  Cela retarde ainsi l’apparition du cliquetis moteur (combustion anormale qui provoque une résonance de l’explosion sur les parois du piston et de la chambre de combustion). En résumé, l’indice d’octane permet de mesurer la résistance à l’auto-allumage ou allumage non contrôlé d’un carburant dans un moteur à allumage commandé. Plus l’indice d’octane de votre essence est élevé, plus la longévité de votre moteur est préservée.

Ainsi, un moteur conçu pour fonctionner avec du SP95 pourra indifféremment fonctionner avec du SP95 (indice d’octane 95) et du SP98 (indice d’octane 98). Néanmoins, l’inverse est faux : un véhicule conçu pour fonctionner avec du SP98 ne pourra pas fonctionner avec du SP95, car la résistance au cliquetis n’est pas assez importante.

En ce qui concerne nos anciennes, elles ont, pour la plupart d’entre elles, été conçues pour fonctionner avec un des 2 carburants plombés de l’époque dont les indices sont les suivants :

  • Ordinaire plombée : indice d’octane 89. –-> On pourra utiliser aujourd’hui du SP95 ou 98.
  • Supercarburant plombé : indice d’octane 97. –> On utilisera aujourd’hui du SP98 uniquement.

Ainsi, il est primordial de connaître pour quel carburant a été conçu le moteur de votre ancienne. Vous pouvez trouver cette information dans le manuel d’utilisateur ou dans les guides techniques (type RTA) par exemple. Cela vous permettra de savoir quel carburant actuel pourra faire office de substitut.

En consultant les données techniques de votre véhicule, vous pouvez aussi savoir si vous devez impérativement utiliser du SP98 ou si le SP95 est possible :

  • Moteur au taux de compression inférieur à 8:1 : SP95 ou SP98.
  • Moteur au taux de compression supérieur à 8:1 : SP98 uniquement.

Exemple : la Renault 4 GTL, avec moteur Cléon 1108cm3 (code 688 7 12), est normalement conçue pour fonctionner avec du supercarburant plombé (indice d’octane 97 donc).

Indices d’octane du SP98

Après l’arrêt des essences plombées, elle devra donc fonctionner au sans plomb 98 (indice 98>97) et non au sans plomb 95 (indice trop faible, risque de cliquetis).

On distingue deux types d’indice d’octane :

  • L’indice d’octane Recherche (RON), qui représente le comportement d’un carburant à bas régime et en accélération. C’est l’indice que l’on connaît le mieux (indice 95 et 98 pour les SP95 et SP98).
  • L’indice d’octane Moteur (MON), qui représente le comportement du carburant à haut régime et à forte charge, par exemple 87 pour le sans plomb 98.

La présence de plomb dans l’essence

La très grande majorité des moteurs des véhicules antérieurs à 1987 ont été conçus pour fonctionner avec de l’essence dit “plombé”. Le plomb est ajouté à l’essence depuis les années 1920 dans l’industrie aéronautique d’abord, puis progressivement à partir des années 1930 et 1940 dans l’industrie automobile. Il permet d’augmenter l’indice d’octane de l’essence et a donc un rôle antidétonant, en évitant que le mélange air-essence n’explose trop tôt.

Il permettait aussi de refroidir les têtes de soupapes ainsi que leurs sièges dans la culasse et permettait ainsi de les protéger. Le plomb était présent dans les deux carburants proposés à l’époque en station, (entre 1940 et 2000, en France) : le supercarburant plombé et l’ordinaire (ou ordinaire plombé). Néanmoins, son incompatibilité avec les catalyseurs (le plomb détruit l’intérieur du catalyseur qui équipent les voitures modernes) et son caractère très polluant vont mener, en France, à la disparition de ces 2 carburants plombés au 01/01/2000. A partir de cette date, les carburants dits “sans plomb” (SP95 et SP98) représentent donc la seule alternative en essence.

La très grande majorité des véhicules produits après 1987 sont équipés pour fonctionner avec de l’essence sans plomb, après modification des sièges de soupapes, désormais fabriqués en acier et non plus en fonte. Néanmoins, pour les anciennes antérieures à 1987, l’absence de plomb dans l’essence reste un problème.

Pour faire face à cette absence, des additifs substituts de plombs appelés ARS (pour Anti Récession de Soupapes) ont été proposés sur le marché, soit directement dans l’essence vendue à la pompe (c’est le Supercarburant ARS) jusqu’en 2006 environ, soit en flacon concentré comme nous le connaissons aujourd’hui. Il permet de pallier au problème de détérioration des soupapes et de leurs sièges si on utilise une essence sans plomb dans notre ancienne.

La présence d’éthanol dans l’essence

Aujourd’hui, la totalité des carburants essence proposés en station contiennent de l’éthanol : SP95 (E5 ou E10, contiennent respectivement jusqu’à 5% et 10% d’éthanol), SP98 (E5, contient jusqu’à 5% d’éthanol) et E85 (contient 85% d’éthanol).

Or, l’éthanol en quantité importance dans l’essence ne peut pas être utilisée pour des véhicules anciens non conçus pour fonctionner avec cet alcool. Et ce pour 2 raisons.

1°/ L’éthanol modifie le rapport stœchiométrique du moteur

Pour un moteur essence, le rapport stoechiométrique est le rapport air / essence idéal pour assurer une combustion totale. Ce rapport est d’environ 14,5 ce qui veut dire qu’il faut 14,5 g d’air pour brûler totalement 1 g de carburant.

Le rapport stœchiométrique de l’éthanol pur est d’environ 9, ce qui signifie que tous les carburants contenant de l’éthanol ont un rapport stœchiométrique différent de celui de l’essence. Ainsi, l’E85 a un rapport stœchiométrique d’environ 9,8, ce qui veut dire que 9 g d’air sont nécessaires pour brûler totalement 1 g de carburant. Ce rapport étant 1,5 fois inférieur à celui de l’essence , cela signifie qu’il faut comparativement une quantité d’éthanol bien supérieure pour obtenir une combustion totale.

Cela veut donc dire qu’il faut injecter 1,5 fois plus de carburant quand on roule à l’E85 que quand on roule à l’essence. Or, les carburateurs d’époque ont été conçus pour fonctionner à l’essence, et fournissent donc un mélange précis d’air et d’essence proche du rapport stœchiométrique de 14,5. Si l’on modifie son carburant par du E85, la combustion ne pourra pas se faire totalement (mélange trop pauvre) et le moteur ne pourra pas tourner correctement.

Pour pallier à ce problème, il est possible de remplacer les gicleurs par des modèles au diamètre majoré, ce qui permettra d’injecter plus de carburant pour la même quantité d’air et donc de se rapprocher du rapport stœchiométrique de l’E85. Mais c’est un autre problème, et nous en parlerons dans un prochain article 😉

Contenu en faible quantité (5 à 10%) dans les SP95 ou 98, l’éthanol ne modifie que très légèrement le rapport stoechiométrique et donc la combustion reste très bonne. C’est pour cette raison que l’E5 et l’E10 sont utilisables (mais pas forcément recommandées, surtout pour l’E10 !) pour nos moteurs sans modifications.

2°/ L’éthanol est plus corrosif et moins lubrifiant que l’essence

L’essence possède un certain pouvoir lubrifiant que n’a pas l’éthanol, beaucoup plus “sec” et corrosif.

Ainsi, il est prouvé que l’éthanol en quantité importante fait très mauvais ménage avec les durites caoutchouc anciennes, les membranes de nos pompes à essence et de pompes de reprises de nos carburateurs, qui n’ont à l’époque pas été conçue pour être en contact avec un haut pourcentage d’éthanol dans le carburant. Il pourrait également endommager, à terme, les sièges de soupapes.

Pour les voitures “anciennes” (avant 2000), il est donc fortement conseillé d’utiliser un carburant qui contient le moins d’Ethanol possible : SP98 (E5) ou, si vous en trouvez encore et que votre moteur le permet, du SP95 E5 (pas d’E10 !).

Guide chronologique des carburants utilisés depuis 1940 en France

Env. 1940 – 2000 : l’ère de l’essence plombée

La plupart de nos voitures anciennes, produites à partir des années 40 et jusqu’à la fin des années 80, fonctionnaient à l’origine aux carburants dits “plombés”, pour les raisons évoqués plus haut. Il existait, en France, deux principaux carburants essence :

  • L’ordinaire (ou ordinaire plombé) : c’est le carburant “de base”. Indice d’octane de 89, présence de plomb, il est destiné aux moteurs à taux de compression peu élevé.
  • Le supercarburant (ou super plombé) : il possède un indice d’octane plus élevé que l’ordinaire plombé : 97 au lieu de 89. Il est destiné aux moteurs plus poussés avec des taux de compression élevés.

Ces 2 carburants au plomb disparaissent progressivement dans les années 1990 (pour les raisons également évoquées ci-dessus) jusqu’à l’arrêt complet de leur commercialisation le 01/01/2000.

2000 – 2006 : le supercarburant sans plomb avec additif substitut de plomb ARS

Afin d’opérer une transition entre les essences plombées et sans plomb, et ce pour les conducteurs de véhicules antérieurs à 1987, il est proposé en 2000 le “supercarburant” ou “Super ARS”. Il s’agit en fait d’une base de sans plomb 98 auquel on a ajouté un additif spécifique dit anti récession des soupapes (ARS). Cet additif vient ainsi compenser la disparition du plomb.

En 2000, on estime le nombre de véhicules anciens (antérieurs à 1987) en circulation et fonctionnant à l’essence plombée à 1,1 million d’unités. On estime au même moment que 3 ans plus tard (2003), ce même nombre passerait à 300 000 unités seulement. Soit 800 000 véhicules partis à la casse en seulement 3 ans…. mais ce n’est pas le sujet. Il est alors prévu d’arrêter la commercialisation de ce carburant ARS en 2003 (il restera finalement commercialisé dans certaines stations jusqu’en 2006). Les possesseurs de véhicules anciens fonctionnant à l’essence plombée doivent, depuis, se procurer des flacons doseurs d’additif ARS concentré à mélanger au sans-plomb 95 ou 98, comme c’est encore le cas aujourd’hui.

2000 – Aujourd’hui : le sans-plomb 95-E5 et 98-e5

Les carburants sans-plomb remplacent définitivement les essences plombées.

  • L’ordinaire plombé est remplacé par le sans-plomb 95 (ou SP95), indice d’octane 95.
  • Le super plombé est remplacé par le sans plomb 98 (aussi appelé Super 98), indice d’octane 98.

Ces deux carburants contiennent chacun 5% d’éthanol, ce qui est acceptable par les moteurs des véhicules anciens. En 2018, ces carburants ont été légèrement renommés : SP95-E5 et SP98-E5 pour afficher qu’ils contiennent bien 5% d’éthanol et ainsi éviter les confusions avec le SP95-E10.

Ces 2 carburants sont donc compatibles avec nos anciennes produites après 1987 et compatibles avec celles produites avant 1987 en y rajoutant un additif substitut de plomb.

2007 – Aujourd’hui : l’E85

Apparu en 2007 en France, l’E85, composé à 85% d’éthanol, n’est compatible qu’avec les véhicules “Flexfuel”. Près de 3 fois moins cher que le sans plomb, il est très tentant de faire rouler son ancienne avec ce carburant, d’autant plus que le moteur peut tout aussi bien fonctionner à l’E85, en tout cas à court terme et moyennant un réglage de l’allumage et du carburateur. Mais à moins d’adapter spécifiquement le composants du circuit d’essence au préalable (changement des joints, membranes, durites, modification du gicleur, réglage de la richesse, réglage de l’avance), l’E85 est à long terme incompatible avec les composants moteurs de nos anciennes et pourrait endommager tout le circuit d’alimentation en essence et potentiellement provoquer un incendie.

2009 – Aujourd’hui : le SP95-E10

Le SP95-E10, comme son nom l’indique, contient 10% d’éthanol. Moins cher que l’E5, il est aussi plus rapidement brûlé et votre moteur consommera donc un peu plus. Surtout, sa forte contenance en éthanol le rendra incompatible avec la grande majorité de nos voitures anciennes (ou alors, sous les mêmes conditions que l’E85). En effet, les moteurs des voitures n’ont été adaptés à un tel carburant qu’à partir de 2000. Ce carburant est donc à bannir pour toutes nos voitures anciennes, à moins d’avoir procédé à une adaptation complète du moteur.

Alors, quelle essence dois-je mettre dans ma voiture ancienne ?

Aujourd’hui, nous avons le choix entre 4 carburants différents pour nos anciennes fonctionnant à l’essence. Malgré cela, la plupart des stations services n’en proposent que 2 ou 3, puisqu’elles ne possèdent pas suffisamment de cuves pour chaque type de carburant. Alors lequel choisir ? Faut-il y ajouter un additif substitut de plomb ?

1°/ SP98-E5 : la valeur sûre

  • Compatible avec nos voitures anciennes : OUI, pour tous les moteurs essence, quel que soit le rapport volumétrique du moteur. Le SP98 sera compatible aussi bien avec les moteurs peu poussés que très poussés. Plus cher, le SP98 a généralement l’avantage d’être chargé en additifs bénéfiques.
  • Nécessite un additif substitut de plomb ? Pour les véhicules produits après 1987, non. Pour les véhicules antérieurs à 1987 : c’est généralement recommandé. Dans tous les cas, contrôlez les préconisations du constructeur.

L’avantage avec le sans plomb 98, c’est que vous ne pouvez pas vous tromper. D’abord, parce qu’il n’existe qu’un seul type de SP98, l’E5, qui est compatible avec nos anciennes. Ensuite, parce que quelle que soit l’essence pour lequel il a initialement été conçu, votre moteur pourra parfaitement fonctionner avec du SP98.

De plus, l’indice d’octane étant plus élevé dans le SP98 que dans le SP95, il aura tendance à mieux vieillir. En effet quand un carburant vieillit, son indice d’octane diminue, il devient moins compressible et donc plus auto-inflammable. Le SP98 sera donc moins sujet à ce problème que le SP95 s’il stagne dans le réservoir pendant plusieurs mois. C’est pour cette raison que le SP98 est recommandé pour hiverner sa voiture ancienne.

Enfin, si le SP98 est une valeur sûre pour toutes nos anciennes, ce n’est néanmoins pas forcément toujours l’essence à privilégier. En effet, plus chère que du SP95, elle ne sera pas plus efficace que ce dernier si votre moteur est conçu pour fonctionner avec une essence à indice d’octane 95 ou inférieur. Mais le fait est que le SP95-E5 devient rare dans certaines régions en France, et que le SP95-E10 n’est pas compatibles avec nos anciennes, voilà pourquoi le SP98, même s’il est plus cher et pas forcément meilleur pour tous les moteurs, est très souvent conseillé pour nos anciennes.

Le SP98 consomme-t-il moins que le SP95 ?

Il n’est pas rare d’entendre ou de lire cette affirmation un peu partout. Néanmoins, beaucoup se basent sur la comparaison entre le SP98 (qui ne peut contenir que 5% d’éthanol) et le SP95-E10 (qui est le plus répandu, et qui contient 10% d’éthanol). Dans ce cas, il est évident que le SP98 consommera moins, plus qu’il contient moins d’éthanol. Il serait plus intéressant de comparer les deux carburants dans leur même configuration, soit 5% d’éthanol…

De plus, cela dépend aussi de la qualité des essences et de la station service où vous vous la procurez. En effet, il existe une grande disparité dans la qualité des essence entre les différentes stations service et il existe même dans certaines stations plusieurs qualité différentes de sans-plomb, avec différents additifs. Si les stations de type Total / BP sont plus chères, c’est aussi parce que leurs carburants sont chargés en additifs et qu’elles sont souvent de meilleure qualité, comparé aux essences des stations service de grande surface par exemple.

2°/ Le SP95-E5 : oui mais à condition…

  • Compatible avec nos voitures anciennes : OUI, pour les moteurs initialement conçus pour fonctionner avec une essence à indice d’octane inférieur ou égale à 95 (essence ordinaire plombée à l’époque). NON, pour les moteurs initialement conçus pour fonctionner avec une essence à indice d’octane supérieur à 95 (supercarburant plombé à l’époque). On pourra donc l’utiliser uniquement pour les moteurs dont le rapport volumétrique est inférieur à 8:1 (moteurs peu poussés donc).
  • Nécessite un additif substitut de plomb ? Pour les véhicules produits après 1987, non. Pour les véhicules antérieurs à 1987 : c’est généralement recommandé. Dans tous les cas, contrôlez les préconisations du constructeur.

Pour nos voitures anciennes, le SP95-E5 est la meilleure alternative (et d’ailleurs la seule !) au SP98, si votre moteur tournait à l’époque à l’essence ordinaire plombée (indice d’octane 89). Mais il devient difficile de s’en procurer dans certaines régions de France dans lesquelles la plupart des stations essence ne proposent plus que du SP95-E10.

3°/ Le SP95-E10 : à proscrire pour nos anciennes, sauf si modification préalable

  • Compatible avec nos voitures anciennes : NON ! A moins de faire les modifications nécessaires pour adapter votre moteur à l’éthanol, ce carburant n’est pas compatible avec nos anciennes. L’éthanol en teneur importante va finir par détériorer vos durites, joints, membranes, et même les alliages d’aluminium léger (carburateur par exemple).

4°/ L’E85 : à proscrire pour nos anciennes, sauf si modification préalable

  • Compatible avec nos voitures anciennes : NON ! Même chose que pour le SP95-E10, l’E85 n’est absolument pas compatible avec nos anciennes d’origine et nécessitent l’adaptation du circuit d’alimentation en essence.

Les essences pour nos voitures anciennes, en résumé

Voici un petit tableau qui vient résumer chronologiquement les différents types d’essences utilisées par nos voitures anciennes dans le passé, celles avec lesquelles elles sont compatibles aujourd’hui, et si elles nécessitent ou non l’utilisation d’un additif substitut de plomb.

N’hésitez pas à donner votre avis ou partager votre expérience en commentaire : quelle essence mettez-vous dans votre ancienne ? Avec ou sans additif ? Avez-vous déjà ressenti une différence entre le SP95-E5 et le SP98 ?

Vous pouvez également nous suivre et nous poser toutes vos questions sur notre Facebook (Sortie de Grange) ou sur Instagram (sortiedegrange). 😉

19 commentaires

  • Roz Cristian

    Merci beaucoup pour vos articles prècis, clairs et donc très utiles pour nous pauvres amateurs d’ anciennes, éventuellement bons ” bricoleurs, sans pour autant être techniciens en ces matières
    Christian Roz

    • Tristan

      Bonjour Christian,

      Merci beaucoup pour votre commentaire ! Il me fait d’autant plus plaisir que c’est exactement la raison pour laquelle j’écris ces articles : essayer d’aider les amateurs d’anciennes à réparer et bien utiliser leurs voitures ! 🙂
      Merci encore,
      Tristan

    • Tristan

      Bonjour Guy,
      Étant donné l’âge de la voiture, il est préférable que vous utilisiez du SP98-E5. La voiture n’est pas assez récente pour fonctionner au SP95-E10 (les véhicules sont généralement compatibles avec l’E10 qu’à partir de 2000).
      A bientôt,
      Tristan

  • BEYNET Paul

    Bonjour,

    merci pour votre article bien détaillé et très clair.

    Cependant, j’ai une question plus personnelle à vous soumettre. Il y a 5 ans je me suis acheté une 2CV 4 de 1976 refait à neuf (peinture, moteur… etc). Cette personne qui à l’habitude de rénover des 2CV m’a conseil de l’essence sp 95 et d’éviter l’additif (mon garagiste très expérimenté m’a dit d’en utiliser de temps en temps).

    Avec ce nouveau E5 avec mon sp 95, que dois-je faire? Celui qui me l’a vendu ne veux SURTOUT PAS de E5 dans la 2CV et mon garagiste me dit simplement de ne pas oublier l’additif avec cette essence. Je suis assez inquiet de tous ceci et ne voudrai pas envoyer ma voiture à la casse!

    Merci d’avance pour votre précieux avis.

    Cordialement.

    Paul.

    • Tristan

      Bonjour Paul,

      Merci pour votre commentaire !
      Tout d’abord, il faut rester modéré : ce n’est pas parce que vous allez mettre du SP95 au lieu de 98 ou l’inverse (avec ou sans additifs) que vous allez détruire votre moteur. Ici , un carburant “inadapté” va simplement, à long terme, réduire la durée de vie de certaines pièces moteur.
      Ensuite, j’avoue ne pas avoir tout compris à vos interrogations. Celui qui vous l’a vendu vous dit de ne pas mettre du “E5” : il veut dire du 95-E5 ou du 98-E5 ?
      Je pense qu’il vous a conseillé du 95 à l’époque, car le 95 était encore du E5. Aujourd’hui en France il n’existe quasiment plus que du 95-E10. Dans ce cas là, il vaut mieux vous tourner vers du 98-E5, ça ne pourra faire aucun mal à votre deuch (seulement un peu à votre porte-monnaie 🙂 )
      Concernant l’ajout d’additif, vous dites que le moteur a été refait à neuf… savez-vous si les sièges de soupapes ont été changés ou pas pour pouvoir fonctionner sans additif ?

      A bientôt 🙂
      Tristan

      • Paul BEYNET

        Bonjour,

        merci pour votre réponse! 🙂

        En fait il ne veut pas entendre DU TOUT parler de n’importe lequel de “E”, que ce soit du E5, du E10 en 95 ou 98. Pour lui, c’est INACCEPTABLE pour un moteur de 2CV. Donc pour ce monsieur, le “E”, c’est NON NON NON XD

        Normalement tout a été changé dans le moteur mais pour les sièges de soupapes je n’en sais rien du tout… comment faire pour l’additif?

        Pour l’essence, on peut changer quand on veux? Passer du 95 au 98 c’est transition?

        Merci d’avance.

        Paul

        • Tristan

          Bonjour Paul,

          Je comprends sa position sur l’éthanol, malheureusement cela fait des années que tous les carburants essence en contiennent un petit peu… En quantité infime, ce n’est pas dangereux pour les moteurs de nos anciennes.

          Tu n’as pas les factures ou l’historique de ce qui a été fait sur le moteur ? Dans le doute, il vaut mieux mettre de l’additif, ça ne pourra pas être nocif.

          Dans l’absolu oui tu peux changer quand tu veux, du moment que cela reste du E5. Malheureusement on ne trouve plus de 95-E5 depuis quelques mois, il vaut donc mieux que tu restes sur du 98.

          A bientôt 🙂
          Tristan

  • Dominique Bisson

    Bonjour
    Ce documentaire est très instructif je comprend un peu mieux
    Ma voiture est une coccinelle de 1958 provenance de Suède et j’avoue ne pas c prendre la langue
    Puis je utiliser du SP98 ? En y ajoutant un additif ? Pas de risque de chauffe moteur ?
    A l’usage et après plusieurs milliers de km devrais je faite contrôler le moteur ?
    Cordialement

    • Tristan

      Bonjour Dominique,
      Merci pour votre commentaire.
      Oui, vous pouvez utiliser de SP98-E5 sans aucun risque pour votre coccinelle !
      Concernant l’additif, vu l’âge de la voiture (elle a normalement été conçue pour fonctionner au plombé) et si les sièges de soupapes n’ont pas été refaits, on recommande d’en ajouter effectivement.
      Ce n’est pas la peine de contrôler le moteur pour ce sujet-là, sauf bien sûr si vous le démontez pour une autre raison, dans ce cas il est toujours prudent de contrôler l’état des soupapes et des sièges.

      Tristan

      • Dominique Bisson

        Bonjour Tristan
        Merci pour votre retour il m’a été dit que si le carburant n’avait suffisamment de pouvoir lubrifiant il y aurait échauffement des sièges et soupapes.
        De ce fait mettre du SP98-05 avec de l’additif serait plus sécurisant pour la santé du moteur
        Cordialement
        Dominique
        PS le moteur n’a jamais été ouvert

        • Tristan

          Tout à fait, le pouvoir lubrifiant est justement assuré par l’ajout de plomb (ou additif substitut aujourd’hui) pour les anciens moteurs dont les sièges de soupapes en fonte ne sont pas assez résistants.
          La combinaison SP98-E5 + additif est certainement le mieux en effet dans votre cas !

          A bientôt,
          Tristan

  • SANDY

    Bonjour

    J ai une voiture qui date de 1970 Alpine. Je ne trouve plus de SP 98, uniquement du SP 95 E 10. Il faut donc que je change toutes les durites …. ? Il n y a pas d alternative ?

    Merci

    Sandy

    • Tristan

      Bonjour Sandy,
      Merci pour votre commentaire.
      Effectivement c’est préférable pour votre moteur de changer joints, membranes et durites si vous ne pouvez que mettre du SP95-E10. Autrement, ils vont finir par se désagréger.
      Le mieux serait quand même de trouver du SP98, quitte à faire quelques kilomètres de plus pour aller en chercher… Dans quelle région habitez-vous ?
      A bientôt,
      Tristan 😉

  • MARC JUSTAMON

    bonjour
    Marc du gard je viens d acheter une corvette c1 de 1959 en direct des etats unis , quelle essence il me faut utiliser
    et faut il ajouter systematiquement un additif
    merci pour votre aide
    Marc

    • Tristan

      Bonjour Marc,
      Pour votre Corvette C1, le mieux est d’utiliser du SP98. Ne vous prenez pas trop la tête avec l’additif, on a du mal à prouver sa réelle efficacité…

      J’espère avoir répondu à votre question 😉
      A bientôt,
      Tristan

Laisser un commentaire