Dossier 4L Trophy,  Renault 4L,  Tutos mécaniques et restaurations

Rénovation et peinture de jantes de 4L (acier)

Repeindre et remettre à neuf les jantes de notre 4L… c’est une opération que nous voulions faire depuis longtemps. C’est désormais chose faite ! Sortie de grange vous présente dans cet article, étape par étape, la restauration des jantes acier d’une Renault 4L : sablage, apprêt, peinture…. techniques applicables sur toute autre voiture ancienne !

RESTAURATION DES JANTES DE 4L

État des jantes avant la rénovation

Certaines de nos roues étaient complètement attaquées par la corrosion. Cette rouille ne semble que superficielle mais il va falloir tout de même y remédier :

Avant de repeindre les jantes, il nous donc faut impérativement repartir sur une base saine. Pour cela, plusieurs solutions s’offrent à nous :

  • Décapage total + ponçage des jantes : à la brosse métallique montée sur une disqueuse ou perceuse et au papier de verre. Pour l’avoir fait sur d’autres jantes, c’est extrêmement long et fastidieux et le résultat n’est jamais parfait, du fait de la difficulté d’accéder à certaines zones (creux intérieur notamment).
  • Appliquer un apprêt direct sur rouille avant peinture : cela requiert de dégraisser la jante et de poncer légèrement pour enlever le gros de la rouille mais cette technique ne nécessite pas un décapage complet. L’application d’un primaire de type Rustol CIP permet en effet de neutraliser le reste de la rouille avant l’application de la peinture. Inconvénient : il restera des impuretés et la finition ne sera pas parfaite
  • Sablage des jantes : c’est de très loin la meilleure solution pour remettre à neuf ses jantes ! Cela peut s’avérer un peu coûteux si vous n’avez pas le matériel, mais le résultat est tout simplement parfait et vous êtes certain de repartir sur une base de jante très saine. C’est cette solution que j’ai choisi pour mes jantes.

 

Étape 1 : sablage des jantes de notre 4L

Cela consiste à pulvériser un abrasif (de type sable) sur toute la surface de la jante pour mettre le métal à nu. Cette technique permet de retirer en profondeur toute la corrosion ainsi que les résidus de peinture sur la jante.

Le sablage nécessite néanmoins de déjanter les pneus, afin de pouvoir pulvériser l’ensemble de la jante et non pas seulement la face extérieure. On fait donc déjanter les pneus chez un professionnel en lui précisant bien d’enlever les masselottes d’équilibrage ainsi que les valves pour que la jante soit complètement nue.

Nous confions les jantes de notre 4L à un sableur (nous n’avons pas l’équipement nécessaire pour le faire nous-même), qui nous fait un tarif assez attractif pour 5 jantes (4 + 1 roue de secours). Voilà le résultat après sablage, c’est parfait :

 

Étape 2 : mise en apprêt des jantes de la 4L

Tout de suite après le sablage, il nous faut protéger contre la corrosion la tôle des jantes désormais mise à nue. Pour cela, nous appliquons un primaire phosphatant monocomposant au pistolet directement sur la tôle. Cette “impression” ou apprêt est une très fine couche qui présente une excellente accroche et qui permet d’isoler le métal pour une protection anticorrosion optimale. Elle sèche très vite et peut être recouverte par n’importe quel système de peinture après seulement 1h (à 25°C). Voici le résultat après application du primer au pistolet à gravité (buse 1.8, pression 2,5 bars) :

Nous aurions pu également utiliser un primaire Epoxy qui possède globalement les même qualités que l’impression phosphatante mais qui se trouve être un peu plus cher.

 

Étape 3 : mise en peinture des jantes de 4L (finition)

En temps normal, après l’application d’un primaire (impression), il conviendrait d’appliquer une couche d’apprêt garnissant pour masquer les imperfections avant finition. Nous avons fait le choix ici de ne pas en appliquer étant donné que la surface était excellente après l’impression et que nous manquions un peu de temps. Nous allons donc directement appliquer les couches de finition sur le primaire phosphatant.

Le choix de la peinture de finition est très importante, puisqu’elle doit faire face aux contraintes suivantes :

  • résistance aux projections (gravillons, pierres, …)
  • résistance à la rayure (manutention lors du démontage, lavage au rouleau etc)
  • résistance au sel de déneigement
  • résistance à l’essence et à huile

C’est pour cette raison que j’ai opté pour une peinture acrylique PU (polyuréthane) bi-composant (2K) de couleur gris métallisé à appliquer au pistolet, qui répond à tous ces critères.

J’applique donc 3 fines couches de cette peinture (avec 30 minutes entre chaque couche, buse 1.4 mm, pression 2,5), le résultat est superbe :

Conseil : dans la mesure du possible, évitez d’utiliser de la peinture pour jantes en aérosol que vous trouverez en centre auto qui, malgré un rendu plutôt sympa, présente une très faible résistance dans le temps (j’ai pu en faire l’expérience). Seules les peintures bi-composants vont résister dans le temps. Le choix du PU n’est pas anodin puisque cette peinture présente l’avantage de rester assez “souple” après séchage et non cassante afin d’éviter qu’elle ne s’écaille à la moindre projection.

 

Étape 4 : remise en état des centres de roues (caches-moyeux)

Tant qu’à refaire les jantes à neuf, autant le faire jusqu’au bout ! Nous en avons donc profité pour remettre en état nos caches moyeux avec le sigle Renault, qui étaient vraiment très abîmés… C’est un peu fastidieux mais le jeu en vaut la chandelle :

  • On commence par poncer au gros grain pour décaper le plastique et retirer pour les imperfections et rayures dans le plastique noir. Puis on passe au grain moyen pour obtenir une surface un peu plus lisse. Enfin on ponce au papier fin (P500) à l’eau pour un résultat impeccable avant peinture.
  • Mise en peinture du centre de roue en deux parties : application d’un primaire pour plastique (2 couches très fines) puis d’une peinture plastique noire en aérosol (nous avons utilisé une bombe de peinture pour pare choc qu’il nous restait).
  • L’instant orfèvrerie : l’application au petit pinceau de peinture argenté sur le losange du logo Renault ! Cela demande beaucoup de patience et de précision, mais ça se fait ! J’ai utilisé la même peinture que celle pour les jantes (PU bi-composant).

Au final, le résultat n’est certes pas parfait, mais plutôt satisfaisant. Surtout, il nous a permis d’économiser 50€… le prix de vente de centre de roues neufs (refabriqués) étant de 10€ pièce.

 

Étape 5 : remontage des roues sur la 4L (avant / après)

Il ne reste plus qu’à monter des pneus neufs sur nos jantes repeintes puis de remonter les roues sur la 4L !

Ci-dessous quelques petits AVANT / APRES, pour le plaisir… N’hésitez pas à cliquer sur les photos pour apprécier la finition de la peinture métallisée ! 😉

 

COÛT ET MATÉRIEL NÉCESSAIRE POUR LA RÉNOVATION DES JANTES

Coût

Voici le détail de ce que nous a coûté la restauration de ces jantes :

  • Démontage de 5 pneus (prestation faite par un professionnel) : 20€
  • Sablage des 5 jantes (fait par professionnel) : 65€
  • Primaire phosphatant : 20€ le litre (400mL environ utilisé)
  • Peinture finition : 30€ le litre (400mL environ utilisé)
  • Diluant + durcisseur : 10€
  • Repose des 5 pneus neufs : 20€

Coût TOTAL pour 5 jantes : environ 145€. 

Cela fait certes un budget certain (avec la pose et la repose des pneus), mais le résultat est sans appel et les jantes garderont leur état pendant de longues années, ce qui ne sera pas le cas avec une préparation sans sablage et une peinture en bombe.

Matériel nécessaire

Outillage / Matériel :

  • Compresseur 50L – 6 bars minimum (100L – 8 bars idéal)
  • Pistolet à peinture HVLP (2 bars mini)
  • Machine à sabler si vous faites le sablage vous même
  • Machine à monter / démonter les pneus si vous le faites vous même
  • Primaire phosphatant 1K
  • Apprêt garnissant 2K (facultatif)
  • Peinture PU 2K

N’hésitez pas à nous partager votre expérience, question ou commentaire en bas de cette page ou sur notre Facebook (Sortie de Grange) ou Instagram (sortiedegrange) 😉

Laisser un commentaire