Débats,  Dossiers

Les voitures anciennes moins polluantes que les voitures neuves ?

On entend souvent que les voitures anciennes seraient plus “polluantes” que les voitures neuves. Elles sont souvent pointées du doigts et accusées de rejeter trop de CO2. Utilisant ma 4L comme voiture de tous les jours et me souciant de plus en plus de mon empreinte environnementale et des questions de développement durable, je me suis donc questionné : est-ce que je pollue vraiment plus en roulant en voiture ancienne qu’en voiture neuve ou en électrique ? La réponse : il semble bien que non ! Et il se pourrait bien que ce soit même le contraire… Voici quelques explications ! 🙂

Une voiture ancienne consomme plus qu’une voiture neuve, mais est-elle vraiment plus polluante ?

Premier constat : on entend partout et il est communément admis (en France en tout cas) que les voitures neuves ou voitures récentes polluent moins que les voitures plus anciennes. Pourquoi entendons-nous ça ? Parce que l’avancée technologique est telle qu’un véhicule moderne consomme en moyenne moins qu’un véhicule ancien. Évidemment, quand on se base uniquement sur les consommations de carburant et l’émission de CO2 qui en est directement lié, il est clair que les véhicules modernes sortent gagnants de la comparaison face aux véhicules anciens. De là à tirer la conclusion que les véhicules modernes sont moins polluants que les anciens et qu’il faut donc changer sa voiture dès qu’elle est “obsolète”, il n’y a qu’un pas… que beaucoup franchissent, sans y regarder plus loin. C’est en tout cas le message qu’on essaye de nous faire passer. Cela arrangerait-t-il les constructeurs, l’état, l’économie ?

Remplacer sa voiture ancienne par une neuve pour moins polluer : une aberration ?

La fabrication d’une voiture neuve et la déconstruction d’une ancienne : une empreinte carbone désastreuse

L’empreinte environnementale ne se résume pas aux émissions de CO2 du moteur ! La production et la déconstruction d’une voiture neuve ont une empreinte carbone absolument désastreuse. Tellement désastreuse qu’elle rend parfois dérisoire l’éventuelle émission supplémentaire de CO2 d’une voiture ancienne par rapport à une voiture moderne. Ainsi, il faut rouler des centaines de milliers de kilomètres pour “amortir l’empreinte carbone” de la construction puis de la déconstruction d’une voiture neuve. Car si la fabrication d’une voiture est une activité extrêmement polluante, le recyclage automobile, contrairement à ce qu’on pourrait penser, est un processus également extrêmement gourmand en énergie.

Attention, je ne suis pas en train de dire qu’il ne faut pas recycler, j’affirme simplement que ce n’est pas la solution de produire toujours plus de voitures sous prétexte qu’elles sont recyclables à 90%. Et ici, on ne parle que du rejet de CO2. On ne parle pas du rejet phénoménal de substances toxiques dans la nature lors de la fabrication des voitures. On ne parle pas non plus que si 90% de la voiture est recyclée, la plupart des composants “synthétiques”, très nocifs pour l’environnement, ne le sont pas. Peut-on encore dire qu’acheter une voiture neuve moderne est plus “écologique” et moins polluant que de garder sa voiture longtemps ou de rouler en ancienne ? Difficile à tenir comme discours…

5% du poids de la voiture (ce qui est énorme !) est broyé et transformé en résidu, notamment le verre et le polyamide. Ils ne pourront pas être recyclés. (Source : L’argus).

Qu’en disent les études ?

Le problème avec les études sur ce sujet, c’est qu’il est extrêmement difficile d’obtenir des résultats fiables sur l’écobilan du cycle de vie d’une voiture, nous le verrons juste après. Malgré cela, certaines études ont été réalisées (à prendre avec du recul, ce ne sont que des estimations) afin de comparer le bilan carbone d’un conducteur qui conserve sa voiture ancienne et d’un conducteur qui la remplace par une neuve.

1ère étude, source ADEME relayé par un article MEDIAPART : “Déconstruction de son ancienne voiture et construction de la nouvelle = 12 tonnes de C02 émis”

Vous pouvez consulter l’étude complète de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) ici. Je vous mets également le lien de l’article Laissons vieillir nos voitures, de Jacques Cuvilliers sur son blog Mediapart, dont voici un extrait :

“[…] C’est un bon argument qui dispense sans doute le vendeur d’expliquer aussi à l’acheteur potentiel que la déconstruction de son ancienne voiture, engloutira une énergie de l’ordre de 1500 Kwh, que la construction de sa nouvelle, une énergie de quelque 20 000 Kwh, et que l’ensemble ramené à la moyenne européenne d’émission de 490 grammes de CO2 émis par kiloWatt heure d’énergie produite [voir la note de fin], conduira finalement à une émission de 12 Tonnes de CO2 ! À supposer que sa nouvelle voiture familiale émette comme c’est vraisemblable quelque 40 grammes de moins de CO2 au kilomètre que son ancienne, il lui faudra rouler dans les 300.000 Km avec cette nouvelle voiture pour rattraper le surplus de production de CO2 nécessaire au remplacement.”

12 tonnes de CO2 émis donc, pour “recycler”  son ancienne voiture et en produire une neuve. 300 000 km pour compenser ce surplus de production de CO2. Alors, est-ce écologiquement viable de remplacer son ancienne ? C’est ce que l’on va voir avec une 2ème étude.

2ème étude, relayée par Caradisiac : 18 tonnes de C02 émis pour la construction d’une voiture neuve valant 25000€

Si vous désirez le lire en entier, voici le lien de l’article Prime à la casse : produire une nouvelle voiture pollue plus que garder une ancienne. Voici un extrait :

“Selon une étude réalisée il y a quelques années, la production d’un véhicule neuf équivaudrait à 720 kg de CO2 rejeté tous les 1000 euros dépensés. En clair, une Peugeot 308 vendue 25 000 € aura déjà dégagé 18 tonnes de CO2 dans l’atmosphère avant même d’avoir été livrée. Faisons donc un calcul simple, sur la base d’un total de 200 000 km :

Premier cas – vous changer d’auto à 100 000 km grâce à la prime à la casse

Votre véhicule, qui a 100 000 km, et que vous souhaitez remplacer, consomme 8 litres aux 100 km (en conditions réelles). Ceci correspond à 185 g/km, soit 18,5 tonnes dégagées depuis que vous roulez avec. Vous visez une Peugeot 308 essence Puretech 130, boîte automatique, annoncée à 106 g/km, soit 4,5 l/100 km. La première chose (évidente) à savoir est que la compacte française sera bien loin de cette valeur en conditions réelles, certainement autour des 6,5 litres, soit 150 g/km de CO2. Sur 100 000 km effectués, nous arrivons à un total de 15 tonnes dégagées.

Emissions totales de CO2 sur 200 000 km : 18,5t (ancien véhicule sur 100 000 km) + 19,2t (production de la nouvelle 308) + 15t (émissions de la nouvelle voiture sur 100 000 km) =  52,7 tonnes.

Deuxième cas – vous conservez votre auto jusqu’à ses 200 000 km

Votre véhicule, qui a été acheté neuf, consomme donc ses 8 litres tous les 100 km. Sur 200 000 km, cela équivaut à 37 tonnes de CO2 dégagées dans l’atmosphère. Votre auto consomme un litre et demi de plus tous les 100 km qu’une voiture essence plus récente, mais malgré cela, vous avez émis 15 tonnes de moins que la personne qui a changé pour un véhicule plus propre.

Voilà ce que montre les quelques études réalisées sur le sujet. Alors bien sûr, vous aurez pu le constater, les valeurs sont approximatives : une étude estime à 12 tonnes de CO2 émis pour le recyclage et la construction d’une voiture neuve quand une autre estime à 18 tonnes de CO2 émis la seule construction d’une voiture neuve d’une valeur de 25 000€. Cela dépend de beaucoup trop de facteurs et d’inconnues pour obtenir une valeur fiable.

Mais dans les deux cas, la personne qui aura conservé et roulé 100 000 km de plus avec son véhicule ancien aura émis plusieurs tonnes de CO2 de moins que celui qui aura changé son véhicule de manière plus précoce pour le remplacer par un neuf. Effectivement, cela ne vaut pas pour une voiture ancienne en panne, qui consommerait énormément d’huile ou dont la mécanique mal réglée ou en mauvais état consommerait bien plus d’essence qu’à la normale. Mais dans ce cas encore, il suffirait de réparer…

Alors pourquoi continue-t-on à entendre cela tous les jours, et pourquoi ne parle-t-on jamais des désastres écologiques du renouvellement intensif du parc automobile ?

“La 4L, pour toute la vie : 100% solide, elle emmerde les constructeurs et les publicitaires : dans ton cul le banquier !”. Les voitures anciennes dérangeraient-ils l’économie, les banques ?!

Pourquoi continue-t-on à dire que les véhicules anciens sont trop polluants ?

1ère raison : ça fait marcher l’économie

En toute logique, cela arrange les constructeurs et l’Etat : envoyer des voitures à la casse et les remplacer par des neuves, ça fait marcher l’économie. A l’époque, les ventes sont en chute, les constructeurs aux abois : il faut renouveler le parc automobile en France. Le gouvernement intervient à coup de mesures avec notamment la fameuse prime à la casse, puis diesel-bashing, plus récemment. Les voitures jugées trop anciennes ou trop polluantes (tantôt les essences, puis les diesels) et même celles qui fonctionnaient encore, partent à la casse, au profit de l’achat de voitures neuves. Des voitures neuves en parfait état qui seront jugées désuètes 5 ans plus tard, et partiront encore à la casse pour être remplacées par la toute dernière génération. C’est un cercle vicieux. Produire, produire toujours plus. Une réussite économique, un fiasco environnemental.

2ème raison : l’impossible écobilan du cycle de vie d’une voiture

L’autre raison et qu’il est impossible d’établir un écobilan fiable du cycle de vie d’une voiture tant il dépend de nombreux facteurs. Les écobilans ne sont que des estimations. Et plus l’objet est complexe (par exemple au hasard, une voiture), plus il est difficile d’obtenir une estimation fiable. Une voiture, c’est 180 000 composants, je vous laisse imaginer la difficulté. Du coup, même si on sait pertinemment que l’émission de CO2 de la production d’un véhicule et de son “recyclage” est désastreux, on préfère tout simplement ne pas en parler, comme si ça n’avait pas d’importance. Ça arrange tout le monde. Et tout cela ne prend pas en compte le 3ème volet, qui est le rejet de substances toxiques lors de la fabrication de l’auto, qui n’est pas inclus dans le fameux “bilan carbone”.

Vidéo : “Pourquoi garder sa vieille voiture pollue moins que d’acheter une neuve ?” par Lucien Willemin.

“Focalisés sur le changement climatique, nos gouvernements nous invitent à changer régulièrement de voitures afin d’économiser de l’énergie et ainsi réduire les émissions de CO2. Or cette politique est réductrice et dangereuse pour nos vies. On parle dans cet article de voitures uniquement car c’est ce qui nous intéresse, mais cela est valable pour les autres objets et appareils.” Source TEDxGeneva.

La voiture électrique, la solution dans tout ça ? Pas pour le moment !

La voiture électrique est-elle la solution dans tout ça ? En effet, en fonctionnement, les voitures électriques n’émettent aucune émission de CO2. De ce fait, si on reprend les calculs évoqués plus haut dans les études, les voitures électriques devraient sortir vainqueurs du “duel” avec les voitures anciennes sur les émissions de CO2 et devraient, à long terme, être moins polluantes !

Et pourtant, ce n’est pas le cas… D’abord, parce que l’empreinte carbone actuelle de la fabrication d’une voiture électrique est 1,5 fois plus importante (!) que la fabrication d’une thermique, la faute notamment aux batteries qu’elles contiennent. Ensuite, car la question du recyclage des batteries lithium (matériau très difficile à recycler) pose problème. En effet, le lithium n’est aujourd’hui pas (ou encore très peu) recyclé pour une raison simple : la Recherche pour son recyclage est extrêmement couteuse alors que le prix du lithium sur les marchés est faible et trop fluctuent. L’affaire n’est pas rentable, pour le moment.

Pour continuer, le cycle de vie d’une voiture électrique est aujourd’hui extrêmement court, du fait que ces technologies ne sont pas encore suffisamment développées et qu’elles évoluent extrêmement vite, notamment sur la question de l’autonomie. De ce fait, le renouvellement des voitures électriques est très rapide et la faible émission en CO2 lié à son utilisation ne compense ainsi pas suffisamment la très forte empreinte carbone liée à sa production et à sa destruction.

Enfin, la production d’électricité nécessaire à la recharge des batteries n’est pas neutre. Alors certes, en France, l’énergie électrique provenant du nucléaire principalement (pas ou peu émettrice de CO2), l’empreinte carbone de l’utilisation d’une voiture électrique est en moyenne extrêmement faible. Mais c’est sans compter sa fabrication et son recyclage.

En conclusion : laissons-vieillir nos voitures anciennes !

Désormais, vous, amateurs de voitures anciennes, saurez quoi répondre quand on vous dit “les voitures anciennes c’est bien, mais ça pollue !” 😉 Blague à part, l’objectif de cet article n’est pas de prouver que les voitures anciennes sont moins polluantes que les voitures neuves. Le titre, volontairement provocateur, avait simplement pour vocation d’attirer l’attention sur une affirmation largement réfutable et que l’on entend pourtant partout, comme quoi les voitures anciennes sont polluantes, et qu’il vaut mieux rouler en voiture neuve pour le respect de l’environnement. On a bien vu que c’était loin d’être le cas, et qu’il se pourrait bien que ce soit le contraire, si l’on prend en compte l’ensemble des éléments qui font le cycle de vie d’une voiture.

Alors, faites-vous plaisir : continuez à rouler en ancienne, réparez-les, et n’ayez pas à rougir quand vous croisez une Prius flambant neuve dans la rue ! 😉 Plus il y a aura de voitures anciennes encore en circulation, et moins l’on produira de voitures neuves. La planète nous remerciera !

N’hésitez pas à réagir à cet article en commentaire en bas de cette page, ou sur Facebook ou Instagram ! Je suis bien entendu ouvert au débat sur ce sujet, et j’y répondrai avec plaisir !

47 commentaires

        • Tristan

          Hello Maxime,
          Effectivement, entièrement d’accord avec toi. On ne parle toujours que d’un chiffre (émission de CO2) sans regarder tout ce qu’il y a derrière…

          • Vason

            Hormis la conclusion qui me plaît pas forcément. Adorant les youngtimer, Je trouve le titr de cete article provocateur et surtout Cete article excellent ! A envoyé au ecolos extrémistess et lle E . Borne qui impose des Zfe qui font de la ségrégation contre ceux des voiture en-avant 1997! Le rêve une 306 s16 boîte 6 phase 1uou deux ! a cause de. Été EfFe tant que pas si je le trouve un phrase 1 de 1996 tant qu’élève sera reconnu comme voiture décontraction ele pourra pas circuler et après les « 0senti des étés des tone de pesticicide et de co2 petit coup coup ou hélicoptère ! Et surtout les islamifashiste font des attaques terroriste! Bref note gouvernement dout se ressaisir au plus vite !

          • Charles

            Bonsoir Tristan j’ai fait installer le gpl, je viens de récupérer le véhicule, installation soignée seulement deux jours d’immobilisation.
            Le garagiste c’est occupé de tout ,je recevrai ma vignette crip air 1 directement chez moi .
            Coup total 2895 euros, en plus le garage ma fourni une roue de secours galette . Donc ravi de conserver mon véhicule. De plus pas de pollution pour le détruire n’y pour en fabriquer un autre.

          • Jenny

            Et encore on aurait pu parler du nombre de pièces rajoutées sur les nouveaux véhicules (pièces électroniques !). Niveau entretien et choix des matières, il me semble qu’une ancienne est un bien meilleur choix. Sans parler d’obsolescence programmée. Ayant moi même bosser dans le milieu de l’écologie je trouve ça bien plus écologique une voiture ancienne. Une 2cv ne consomme quasi rien en prime.

    • BRENAC

      Bonjour à tous qu’elle frėnėsie, c’est hallucinant la diffusion en boucle pour les voitures dites propres,tous les jours un nouveau modèle, ou va- t’on s’arrêter ,tout cela devient ridicule. A Toulouse la ZFE comprend le centre ville plus la rocade Ouest, moi qui habite limite centre ville et bien je ne pourrai plus utiliser mon véhicule pour sortir de la ville, autrement dit ma voiture à la casse ,comment faire autrement ,même si avec une conversion à l’éthanol les émissions sont minimes.
      Par contre les véhicules qui vont circuler sur la rocade côté Est vont émettre de la pollution. Entre la rocade Est et la zone ZFE à vol d’oiseau il y à 200 mètres environ, alors se pose la question comment les rejets polluants vont ils faire pour ne pas accéder à cette zone ,il va falloir éduquer ces polluants .
      D’une manière générale tout cela n’a aucun sens. J’espère qu’il va y avoir une révolution sans violence pour dėnoncer que ce mattraquage disant : “allez y achetez des véhicules neuf “peut importe que vous vous endettiez du moment que cela profite aux constructeurs.
      Constructeurs qui savaient faire de belles voitures qui avaient du charme, plaisantes à conduire, que l’on bichonnait.
      Maintenant c’est un cube que l’on nous vend aucun charme et beaucoup de plastique.
      Merci de m’avoir lu

        • BRENAC

          Dotant que sur nos cartes grise il n’y a pas de dates de péremption. Alors oui je continuerai à utiliser mon véhicule envers et contre tout.
          De plus ce dernier fonctionne à l’éthanol donc avec un taux démissions très faible. Dotée d’un kit homologué, pour lequel quelques régions donne une aide pour cette convention, et une carte grise gratuite, alors pourquoi ne pas généraliser cette aide à toutes les régions de France. Plutôt que de gaver les constructeurs d’aides qui non aucun sens, car à bien y regarder sa n’est pas l’acheteur qui en bénéficie mais le concessionnaire. Avec mon frère nous avons fait l’expérience,un avec reprise et aides l’autre sens reprise ni aide, le résultat final est une voiture au même prix avec une négociation puisque pas de reprise. Alors à vous de juger et de faire la même expérience.

          • Vincent

            Si les concessionnaires gagnaient encore beaucoup d’argent, ça se saurait… La seule chose qui rémunère c’est le financement, les assurances… La roue tourne et il va falloir s’y adapter. En tant qu’ancien directeur de concession en région Parisienne, je pense avoir quitté le secteur au bon moment

  • Brenac charles

    Entièrement d’accord avec toi tout cela est de l’enfumage. Et de l’insitation à la consommation. Surtout que si j’ai bien compris il va maintenent y avoir un bandeau sous les pubs nous demandant de réfléchir (avons nous vraiment besoin de l’article proposé )drôle non.

  • Emma Nakache

    Bonjour,

    Votre article est très intéressant et la video TED également.

    Je travaille pour l’ADEME afin de quantifier (en terme d’émission de gaz à effet de serre) l’impact de l’installation d’un réseau de borne électriques et le renouvellement d’un parc de véhicules fonctionnels par des véhicules électriques.

    Dans le cadre de ces études, je me demandais si vous pouviez me transmettre vos sources concernant les faits que vous énoncez au sujet de la voiture électrique ? (coût environnementale de la production d’une voiture électrique, durée de vie d’une voiture électrique, recyclage de la batterie…)
    Et si vous disposez de source chiffrée concernant l’impact carbone de la fin de vie d’une voiture thermique hors d’usage ou simplement reprise pour être vendue d’occasion…

    Merci par avance !

    Emma Nakache

    • trilate

      Bonjour ,ayant posséder un véhicule hybride mon constat . Pour compenser le poids de la batterie le moteur est plus petit donc pour avancer il faut monter dans les tours , donc plus de pollution et plus de consommation .
      Ne vous laissez pas séduire par l’achat d’un véhicule en location car cela coute très cher .
      Si vous avez un véhicule ancien gardez le ,si il y à des réparation beaucoup peuvent êtres réalise par nous même .
      Merci de m’avoir lu

  • fabrice

    c’est un fait que changer de véhicule fait exploser la pollution,mais c’est economiquement rentable pour l’état et les constructeurs ,alors ne me parler pas d’écologie,car c’est devenu de l’escrologie

  • Olivier

    Je pense à une autre source de pollution présente sur les voitures récentes et absente/moins présente sur les anciennes, les écrans et autre ordinateur / technologie embarqué.

    Il est déjà admis qu’il est préférable de conserver sont téléphone sa tablette le plus longtemps possible car l’impact environnement de construction/déconstruction est désastreux :

    https://www.rse-magazine.com/Pour-fabriquer-un-ordinateur-il-faut-240-kilos-de-combustibles-fossiles-et-1-tonne-d-eau_a2700.html

    Je regardai récemment pour changer ma voiture principale et j’en suis venu à la même conclusion : je vais la garder 🙂

  • Kint

    Perso j’ai 3 véhicules qui ont 200.000 km , je roule alternativement avec chaque, ce sont des 2litres , consommation moyenne 7 l aux 100 et moins, et 15 ans . J’ai l’intention de les garder jusqu’à leur fin . Avec 3 véhicules,j’ai le temps de voir venir…Ce sont des diesels Euro 5 . Je suis de votre avis.

  • trilate

    Bonjour si l’on considère qu’il y a environ 200000 véhicules électriques y rajouter les véhicules hybride en France , que le poids d’une batterie est d’environ 500 kg , je vous laisse faire le calcul .Que vas t’il advenir de ces batterie lorsqu’elles sont en fin de vie ( enfermées dans des caissons bétons jetés à la mer !!!! ) Un véhicule ancien est à 90 pour cent recyclable ,moteur , carrosserie ,fonte ou acier , très peu de plastic .
    Gardez votre voiture ancienne , ne vous laissez pas envahir par le syndrome de la voiture propre c’est de l’enfumage . Dans quelques année on nous dira achetez des voitures hydrogène , et l’électrique deviendra le mauvais élève comme nos diesel actuels .
    La solution la plus simple c’est l’éthanol pour les véhicules qui supporte ce carburant .
    Et puis il ne faut pas rêver moins il se vendra d’essence gros manque à gagner pour l’état ( taxes ) comment récupéra il cela ?
    Merci de m’avoir lu .

    • Tristan

      Hello,

      Je suis tout à fait d’accord avec toi. Il y a fort à parier que le véhicule électrique (considéré comme LE véhicule propre aujourd’hui) deviendra le vilain petit canard dans quelques années, comme ce fut le cas tour à tour pour les moteurs essence, puis les moteurs diesel…
      De plus, comment peut-on dire que les électriques sont des voitures propres et obliger les constructeurs automobiles à ne produire plus que ça alors que l’on a même pas encore de solution pour recycler les batteries en fin de vie ?

      Affaire à suivre…
      Tristan

  • SONMI451

    Bon article… comme j’ai toujours dit, je croierai en leurs volontés écologiques lorsqu’un constructeur proposera un service d’upgrade plutot que de fabriquer intégralement une bagnole (par exemple remplacer le vieux bloc moteur par un moderne moins polluant). Beaucoup de véhicules en circulation sont éligibles à cette démarche.
    exemple = intégrer un 1.6HDI dans un vieux C15 est tout a fait réalisable plutôt que d’inciter à acheter un BERLINGO tout neuf.

    • Tristan

      Bonjour,

      Tout est question de conflits d’intérêt entre respect de l’environnement et rentabilité économique…
      Ce genre d’upgrade est facile à faire mais certainement pas intéressant économiquement parlant comparé à l’achat d’une voiture neuve pour le constructeur et l’Etat…

      Tristan

  • HaventGot

    Bon article que je partage avec plaisir !
    Possesseur d’un Volkswagen T3 Td de 1988, je passe un contrôle pollution chaque année et les résultats d’opacité des gaz sont dans la meilleure tranche, digne d’une voiture récente ! Quant au CO2 on consomme moins de 8l pour déplacer un petit camping car de 15oo kg car on roule à 80kmh donc une émission de CO2 pas si catastrophique que ça ! Si j’ajoute une longévité de 32 ans…. ! Comparé au camping car en plastique… je pense qu’on est large !

    • Tristan

      Merci pour ton commentaire. Je suis tout à fait d’accord avec toi sur le principe et ton exemple est assez parlant. Les conducteurs de voitures anciennes sont trop souvent pointés du doigt à tort !

      • Will

        Bravo pour votre analyse mais je voudrais également souligné que les constructeurs aurait pu mettre en place également des technologies de durabilité de leurs véhicules.. Quand on sait ce que sont arrivés à faire des hommes seuls dans leurs baignoires.. Effectivement des inventeurs ont crée des kits hybride a l eau, qui injectent de la vapeur d eau dans la chambre de combustion et que cela decalamine les moteurs thermiques : prolonger apparemment trop durablement leurs durées de vie, diminue leurs consommation de 20 a 40%…On imagine ce qu aurait pu faire les grands constructeurs… Mais sauver vraimentl environnement.. c est pas bon pour le business..
        Encore des données a charge de ces constructeurs et surtout des gouvernements qui ont agit pour le bien de tous mais comme de véritables comploteurs …Ce qui donnent des nouvelles preuves aux théories complotistes….

      • Trilate

        Pourquoi ne pas installer un moteur électrique sur le véhicule ancien, je crois que maintenant c’est autorisé .Bien sur il faudra passer par un professionnel pour faire cela .
        Si le véhicule est en très bon état je pense que cela en vaut la peine.
        Imaginons une Mercedes CLK ou une 405 coupé, une Ford capri ou autre ça aurait de l’allure non . Plutôt que ces voitures cubes posé sur quatre roues.

        • Tristan

          Bonjour Charles,

          Pourquoi pas, même si je pense que ça ne résout en rien la question de l’impact environnemental de l’automobile au global.
          En revanche, ce qui est certain avec un moteur électrique, c’est que l’on perd selon moi tout le charme de l’ancienne et du thermique…

          Tristan

          • Charles

            Bonjour Tristan effectivement. Après plusieurs recherches j’ai trouvé un installateur GPL qui pourrat me monter un kit pour ce carburant, la cuve sera à la place de la roue de secours, le remplissage se fera par un orifice inclut derrière la trappe à carburant donc invisible. L’avantage j’obtiens la vignette crip air 1 du coup je pourrais rouler malgré les restrictions ZFE .
            Donc pour moi bonne solution.
            Cela pour un tarif acceptable 3000 euros,voilà je pourrais continuer à rouler tranquille.

          • Tristan

            Bonjour Charles,

            Super nouvelle ! J’avoue que je ne savais pas qu’on pouvait obtenir un Crit’air 1 en passant au GPL.
            C’est un coût important malgré tout, mais ça en vaut la chandelle.
            Dans tous les cas merci pour le partage de l’info !

            A bientôt, 😉
            Tristan

  • Romain

    Article fort intéressant. il est seulement dommage que vous ne traitiez que le CO2. Ce gaz est tellement mis en avant qu’il fini par cacher la forêt de polluants derrière lui.

    • Tristan

      Bonjour Romain,
      Justement, j’évoque le sujet dans l’article en disant que l’on se base uniquement sur l’émission de CO² quand on parle de “pollution”, ce qui est une aberration. La vidéo TED que j’ai inclus dans l’article parle très bien de tous les polluants liés à la destruction d’anciennes voitures et la construction de voitures neuves.

      A bientôt,
      Tristan

  • Christian

    Surtout qu’une faible émission de CO2 pour les véhicules électrique est valable uniquement pour les pays qui produisent une électricité décarbonée comme la Norvège ( hydraulique ) France ( nuclaire)……..au niveau mondial 80% de l’électricité est issue de centrale thermique à flamme ( pétrole, charbon, gaz) qui ont un rendement de l’ordre de 39%. avec les pertes sur le réseau, le rendement du chargeur et de la batterie cela donne un rendement global de 32% c’est à dire que pour charger 1kwh dans un VE il faut en bruler 3.1kwh dans une centrale à flamme, pour avoir un ordre d’idée les petits VE consomment en moyenne 15kwh/100km ce qui nous donne 47kwh brulé dans une centrale thermique soit 3.7littres de fioul( une petite diesel consomme autour de 4.5l/100). Pour les centrales nucléaire le bilan énergétique est encore plus mauvais, de l’ordre de 25%.
    Les véhicules récents généralement surmotorisés ne consomment pas forcement moins que les véhicules anciens. Sur route ma clio 1.2 de 96 consomme moins que ma 2008 de 2016. en effet les véhicules récent sont plus lourds, ont des gros pneus un Scx plus faible et surtout malgré, l’amélioration du rendement théorique des moteurs, à cause de la surmotorisassion, ils fonctionnent plus loin de leur point de rendement maximum ( en roulant sur route tu as besoin d’environ 10kw. Avec un moteur ancien de 40kw fonctionnant à 25% de sa charge tu aura un meilleur rendement qu’un moteur récent de 80kw qui fonctionné à 10% de sa charge et cela malgré un meilleur rendement max des moteur récents)

  • stephane pilard

    bon article!! c’est ce que le me tue a répéter depuis plusieurs années, même si je n’avais aucun chiffres pour étayer mes dires, c’est juste une question de logique!! du progrès: oui, du forcing a la destruction: non! a part QQ irréductibles dont je fait partis qui ne roulent qu’en anciennes (moyenne 50ans) les autres automobilistes changent d’auto et, meme s’ils achètent des plus de 15/20ans pour une question de moyens, ces auto sont forcément plus “modernes” que celles qu’ils ont usée jusqu’au bout!! alors, messieurs Dames les bien-pensants du gouvernement: foutez nous la paix! le parc auto se renouvelle inéluctablement! alors, au lieu de construire trop d’auto, pour des questions d’économie, convertissez vos usines a la fabrication d’éoliennes (autre débat, c’est un exemple) au lieu de les faire venir de chine.. etc etc etc le discourt est sans fin…
    merci de m’avoir lu!
    Stef
    (ID 19 de 1968 et 2cv de 52 a 82)

  • Patrice Moreau

    Petit rectificatif. Vous avez que argumentaires pour le changement de voiture tous les 100 000 km oublient d’inclure dans leurs calculs la destruction du véhicule ancien et la construction du véhicule neuf. Mais vous aussi, vous l’oubliez !!! Il serait donc plus juste de dire qu’entre un changement de véhicule à 200 000 kms ou à 100 000 km, cette donnée est juste divisé par deux… (voir moins, mais il faudrait interroger des mathématiciens).

  • bernard

    Bonjour, votre analyse est claire et limpide. Et si la voiture ancienne n’ajoute pas de carbone fossilisé à l’atmosphère, c’est encre plus frappant, car alors la différence de consommation n’est même plus un handicap.
    Par exemple si on utilise du bio-éthanol, ce qui est tout à fait possible sur des moteurs des années 80 sans surpression.

  • FRANCOIS PATOOR

    Tout à fait d’accord ! Les pseudo-écolos ne font que répéter ce que leur font croire l’état, les constructeurs et les économistes. On nous taxe, surtaxe et on nous interdit trop de choses au nom de l’écologie ! Au lieu de s’occuper des “vieilles” voitures, ils feraient mieux de s’occuper de la prolifération des emballages, des la pollution des usines, des camions ( non concernés par les ZFE !) des gros 4X4 inutiles en ville, inutiles sur les autoroutes, des véhicules avec clim, des téléphones et autres choses qu’il faut changer tous les 2 ans, de l’obsoléscence programmée, etc, etc …

  • Vladimir K

    Je souhaiterais ajouter une notion au sujet des véhicules électriques, dont on n’a commencé à parler que très récemment, et surtout très rarement. L’extraction des minéraux nécessaires à la fabrication des batteries n’est jamais incluse dans les calculs , et pour cause.

    Les minéraux (lithium, cobalt, nickel, etc.) sont présents en moyenne à une concentration de 7ppm (part par million) sur Terre ; cela signifie, qu’il y en a 7 grammes dans chaque tonne de roche.

    Pour une batterie de 540kg (Tesla 85S) avec une part de plastique négligeable dans le poids, il faut donc dynamiter environ 77000 tonnes de roches. Le dynamitage en soit produit du CO2 (je ne sais pas combien en fait), et surtout de la poussière, mais je ne le compte pas dans le calcul, ni la pelleteuse, le calcul étant déjà suffisamment significatif sans ces données).

    Ces 77000 tonnes seront transportées vers l’usine de traitement par des camions de mine : prenons le CAT-785D, modèle assez courant, capable de transporter 135 tonnes, fera donc 570 voyages, consommant dans les 200kg de fioul (le même que les navires cargo) pour chaque pour chacun des voyages.

    Juste à transporter la roche entre la mine et son usine de traitement, on a consommé déjà 114 tonnes de fioul (je vous rappelle que j’ai négligé la pelleteuse), de quoi faire largement plus d’un million de kilomètre avec une Mercedes ou une Peugeot diesel des années 60-80, mais avec un carburant encore plus polluant que les diesels “civils”.

    N’est-ce pas absurde ? Mais Saint Elon a parlé, et nous devons le croire sans faillir.

  • Darun0

    Article intéressant effectivement au niveau des choix individuel mais qu’en est-il au niveau global du parc auto ? Toute les voitures reprises sont elle détruites ? Si je fais reprendre ma voiture par mon concessionnaire qui la revend et en fait profiter une autre personne quel est le bilan carbone cumulé ? Se sera intéressant d’avoir le point de vue macro-écologique également

  • trilate

    Bonjour , non toutes les voitures ne sont pas détruites , je travaille sur le port de Marseille , inimaginable le nombre de véhicules qui partes par container vers l’Afrique ou autre .Nous rendons nos villes plus propres au détriment de pays ( pauvres ) Il ne faut pas rêver quand une concession prend un véhicule dit pour la case il faut qu’il soit en bon état , pourquoi me direz vous . APPORTEZ LEUR UN VEHICULE EN FIN DE VIE ET LA VOUS VEREZ QU’IL N’EN VEUX PAS .

  • Defrance

    Voila pourquoi je roule dans le même véhicule que j’entretiens moi-même depuis 18 ans ( contrôle technique absolument vierge à 485 000 km !)

    Mon second véhicule date de 1984, véhicule de collection qui n’est plus interdit dans Paris au cas ou , et le troisième de 1961, aussi de collection restauré par mes soins par passion de la mécanique et pour la campagne !

    Penser a de nouvelle technologies ne doit pas être une raison de détruire des véhicules ( ou de les envoyer à l’étranger) dans la mesure ou leur pollution au PRÉSENT est infiniment plus réduite que celle de leur passé ( Fabrication ) ou future (destruction )
    ceci quelque part s’apparente à une forme d’euthanasie ?

Laisser un commentaire